05 História Documental. Documental History

Estudos de História Documental Europeia e Brasileira. Prof. Dr. Darcy Carvalho, São Paulo, SP, Brasil. 08/07/2014

Contents: 01, 02, 03, 04, 05, 06, 07, 08, 09, 10,

01=   O objetivo destes estudos será identificar na história do Portugal europeu  e do Brasil  os documentos diplomáticos que determinaram o curso das nossas vidas nacionais. Uma pesquisa desta natureza exigiria, há alguns anos atrás, viagens ao exterior e difíceis negociações de acesso a documentos raros. Hoje a disponibilização on line  dos corpus de documentos  nacionais, permite-nos  iniciar imediatamente o trabalho sem ter de realizar qualquer deslocamento internacional. Temos especial interesse nos documentos redigidos em latim que existiram até a assinatura dos tratados de paz e amizade de Utrecht. Começaremos com o "Corpo diplomático português, contendo os actos e relações políticas e diplomáticas de Portugal com as diversas potências do mundo desde o século 16 até os nossos dias" e documentos semelhantes,  ainda por  descobrir.

https://archive.org/details/collecodostrata01portgoog

http://archive.org/details/corpodiplomtic01a

http://basedoc.diplomatie.gouv.fr/Traites/Traites_RecueilsGeneraux.php

http://mjp.univ-perp.fr/traites/traitesintro.htm

02=  EUROPEAN TREATIES BEARING ON THE HISTORY OF THE UNITED STATES AND ITS DEPENDENCIES TO 1648

http://clclibrary-org-works.angelfire.com/treaty1.html

Edited By  Frances Gardiner Davenport

Published By The Carnegie Institution Of Washington

1917. Washington, D. C.  Carnegie Institution Of Washington

Publication No. 254 . Papers Of The Department Of Historical Research

J. Franklin Jameson, Editor . The Lord Baltimore Press

Baltimore, Md., U. S. A.

This book is an indispensable source for those studying Western history up to the middle of the seventeenth century. Those  diplomatical and papal documents  included in this study   that are in Latin , French , Portuguese or Spanish are fully translated into English and lavishly commentated.    PROF . DR. DARCY CARVALHO.  2014. Cito:

     PREFACE.

>>The colonial dependence of the American settlements upon various European governments brings it about, as a necessary consequence, that several of the treaties between European governments, and several of the bulls issued by the Popes in virtue of their powers of international regulation, are fundamental documents for some of the earlier portions of American history. Other treaties, or individual articles in treaties, of the period before independence, though not of fundamental importance to that history, have affected it in greater or less degree. In the period since the United States became independent, though the treaties most important to their history have been those made by their own government, not a few of the treaties concluded between European powers have had an influential bearing on the course of their development and their public action.

Taken altogether, therefore, European treaties, and the earlier papal bulls, form an important portion of the original material for American history. Yet access to authentic and exact texts of them is far from easy. In a few cases, as the researches made for this volume have shown, they do not exist in print. Of those which have been printed, there are many which the student cannot possess except by buying several large and expensive series of volumes; and there are some which, though existing in print, are not to be found in these series, but in volumes which have escaped the attention of most students of American history.

In view of these considerations, it was a natural thought, to a department of historical research in an endowed institution, to serve the interests of historical scholars and of libraries by bringing together in one collection those treaties and parts of treaties, between European powers, which have a bearing on the history of the United States and of the lands now within their area or under their government as dependencies. Of this task, the first-fruits are presented in this volume, extending through the Treaty of Westphalia, 1648. The second volume, embracing treaties from that date to 1713, the date of the Treaties of Utrecht, is in preparation.

Extraordinary pains have been taken by Dr. Davenport to find, in European archives, all the treaties and articles which her volume, as defined in her intro­ duction, ought to contain, and to secure perfect accuracy in texts. The index has been made by Mr. David M. Matteson.

J. FRANKLIN JAMESON.  WASHINGTON, OCTOBER 12, 1917.      

Edited By  Frances Gardiner Davenport

TABLE OF CONTENTS.

PREFACE 

INTRODUCTION 1

DOCUMENTS
1. The Papal Bull Romanus Pontifex, January 8, 1455 9
2. The Papal Bull Inter Caetera, March 13, 1456 27
3. Treaty between Spain and Portugal, concluded at Alcaçovas, September 4, 1479. Ratification 33
4. The Papal Bull Aeterni Regis, June 21, 1481 49
5. The Papal Bull Inter Caetera, May 3, 1493 56
6. The Papal Bull Eximiae Devotionis, May 3, 1493 64
7. The Papal Bull Inter Caetera, May 4, 1493 71
8. The Papal Bull Dudum Siquidem, September 26, 1493 79
9. Treaty between Spain and Portugal, concluded at Tordesillas, June 7, 1494. Ratification 84
10. Compact between Spain and Portugal, signed by the Catholic Sovereigns at Madrid, May 7,1495 101

11. The Papal Bull Ea Quae, January 24, 1506 107
12. The Papal Bull Praecelsae Devotionis, November 3, 1514 112
13. Treaty between Spain and Portugal, concluded at Vitoria, February 19, 1524. Ratification 118
14. Draft of an unconcluded treaty between Spain and Portugal, 1526 131
15. Treaty between Spain and Portugal, concluded at Saragossa, April 17, 1529 146
16. Treaty between Spain and Portugal, concluded at Saragossa, April 22, 1529. Ratifications 169
17. Articles concluded between France and Portugal at Lyons, July 14, 1536 199
18. Treaty concluded between France and Spain, at Crépy-en-Laonnois, Sep­ tember 18, 1544; separate article 205
19. Articles concluded between Spain and Portugal in 1552 210
20. Truce between France and Spain, concluded at Vaucelles, February 5, 1556; separate article 215

21. Treaty between France and Spain, concluded at Cateau-Cambrésis, April 3, 1559. Oral agreement concerning the Indies 219
22. Treaty between the King of Spain and the Catholic Princes of France, concluded at Joinville, January 16, 1585 223
23. League between France, England, and the United Netherlands against Spain. Accession of the United Netherlands, concluded at the Hague, October 31, 1596 229

24. Cession of the Netherlands by Philip II. of Spain to his daughter, Isabella- Clara-Eugenia, Madrid, May 6, 1598 235
25. Treaty between England and the United Netherlands, concluded at West­ minster, August 6/16, 1598. Ratification 239
26. Agreement signed by the King of France at Villers Cotterêts on July 19, 1603, and by the King of England and Scotland at Hampton Court on July 30/August 9, 1603 243

27. Treaty between Spain and Great Britain, concluded at London, August 18/28, 1604. Ratification 246
28. Truce between Spain and the United Netherlands, concluded at Antwerp, April 9, 1609. Ratification 258
29. Treaty of guaranty between the United Netherlands, France, and Great Britain, concluded at the Hague, June 7/17, 1609. Ratification 270
30. Treaty of alliance between Denmark and the United Netherlands, con­ cluded at the Hague, May 14, 1621. Ratification 275

31. Recess signed by the Commissioners of Denmark and the United Netherlands at Bremen, September 30/October 10, 1621 280

32. Treaty between the United Netherlands and France, concluded at Compiègne, June 10, 1624. Ratification 285

33. Treaty of offensive and defensive alliance between the United Netherlands and Great Britain, concluded at Southampton, September 7/17, 1625. Ratification 290

34. Treaty between Great Britain and France signed at Susa and London, April 14/24, 1629. Ratification 300

35. Treaty of peace and commerce between Spain and Great Britain, concluded at Madrid, November 5/15, 1630. Ratification 305

36. Treaty concluded between Great Britain and France at St. Germain-en-Laye, March 19/29, 1632 315

37. Treaty of alliance between Portugal and France, concluded at Paris, June 1, 1641 324

38. Treaty of truce and commerce between Portugal and the United Netherlands, concluded at the Hague, June 12, 1641. Ratification 329

39. Agreement concluded between the Governor of Massachusetts and the Commissioner of the Governor of Acadia, at Boston, October 8, 1644. Ratification 347

40. Treaty between Spain and the United Netherlands, concluded at Münster, January 30, 1648. Ratification 353

Those  diplomatical and papal documents included in this study  that are in Latin , Portuguese and Spanish are fully translated into English and lavishly commentated. This book is an indispensable source for those studying western history up to the middle of the seventeenth century.

 PROF . DR. DARCY CARVALHO

 03= 

Bulla Inter Caetera do Papa Alexandre VI.Tradução em Francês e Original Latino

http://mjp.univ-perp.fr/traites/1493bulle.htm

Bulle Inter caetera  du 4 mai 1493 du pape  Alexandre VI.

Publication on-line et Note historique par Jean-Pierre Maury

Au lendemain de la conquête du royaume musulman de Grenade, événement qui achève la Reconquista de la Péninsule, par les Rois catholiques, Ferdinand et Isabelle, ceux-ci accordent à Christophe Colomb des lettres patentes « afin de découvrir et de soumettre des Iles et un Continent dans l'Océan », dont il est sera Amiral, Vice-Roi et gouverneur. Quittant Palos le 3 août 1492, Christophe Colomb atteint le 12 octobre une première île du Nouveau Monde, peuplée par les Lucayes (Bahamas), puis Cuba et Haîti. Il revient en Espagne le 15 mars 1493.

Le pape Alexandre VI (Rodrigo Borgia) soumet les terres découvertes à l'obligation d'évangélisation des populations indigènes et, afin d'éviter un conflit entre l'Espagne et le Portugal, il délimite par sa bulle 2 Inter caetera du 4 mai 1493 la zone accordée à l'Espagne : celle-ci possèdera les terres à l'ouest d'une ligne tracée à cent lieues à l'ouest des Açores et des îles du Cap Vert, qui appartiennent au Portugal. Les deux pays vont cependant conclure le 7 juin 1494, à Tordesillas, un traité qui reporte cette ligne, en faveur du Portugal, à 370 lieues des îles du Cap-Vert, de pôle à pôle.

SOURCES : Traduction publiée par Alphonse Gourd, Les chartes coloniales et les constitutions des États-Unis, Paris, Imprimerie nationale, 1885, p. 199. Texte latin in Frédéric Schoell, Histoire abrégée des traités de paix entre les puissances de l'Europe depuis la paix de Westphalie de Christophe Guillaume Koch, Bruxelles, 1837, tome premier. L'original ne comporte aucune division ; la division en paragraphes de la traduction ne correspond pas à la division du texte latin signalé.

http://www.documentacatholicaomnia.eu/01p/1492-1503,_SS_Alessandrus_VI,_Bullarium_(Cherubini_vol_1_ff_465-477),_LT.pdf

04 = BULLA INTER CAETERA

I. Alexandre, Évêque, Serviteur des Serviteurs de Dieu, à son Très Cher Fils dans le Christ, Ferdinand, et à sa Très Chère fille dans le Christ, Isabelle, Illustres Roi et Reine de Castille, de Léon, d'Aragon, de Sicile et de Grenade, Salut et Bénédiction Apostolique.

II. Parmi les oeuvres agréables à la Majesté Divine et chères à notre coeur, il n'en est pas de meilleures, à coup sûr, que l'exaltation toute particulière en notre temps, la propagation et le développement, en tous lieux, de la Foi Catholique et de la Religion Chrétienne, le salut des âmes, la soumission des nations barbares et leur conversion à la foi elle-même. Appelé par la faveur de la clémence Divine, malgré l'insuffisance de nos mérites, à cette Chaire Sacrée de Pierre, nous vous connaissons Rois et Princes vraiment Catholiques. Nous n'ignorons pas, et vos hauts faits, si connus du monde presque tout entier, démontrent que vous l'avez toujours été. Nous savons que, loin de vous borner à désirer l'accomplissement des oeuvres précitées, excellentes entre toutes, vous voulez bien, n'épargnant ni les labeurs, ni les dépenses, ni les périls, même au prix de votre propre sang, mettre tous vos soins, tout votre zèle, toute votre ardeur, à le poursuivre, et y avez appliqué, depuis longtemps, votre esprit tout entier et tous vos efforts. Nous en avons pour preuve certaine ce renversement de la tyrannie des Sarrasins accompli par vous, de nos jours, dans le royaume de Grenade, à la si grande gloire du nom de Dieu. Nous sommes donc justement conduit à vous accorder, et devons même, de notre propre mouvement et de grand coeur, vous octroyer les moyens de continuer, avec un zèle chaque jour plus ardent, pour l'honneur de Dieu lui-même et pour l'accroissement de l'Empire Chrétien, une entreprise si sainte et si louable, que le Dieu immortel a inspirée.

III. Nous savons à merveille que vous vous proposez, depuis longtemps, de chercher et de trouver des Iles et des Continents, éloignés et inconnus, dont personne encore n'a fait la découverte ; que Vous voulez en ramener les habitants et indigènes à honorer notre Rédempteur et à professer la foi Catholique ; et que, fort occupés, jusqu'à ce jour, à assiéger et recouvrer le Royaume de Grenade, vous n'avez pu conduire à bonne fin ce saint et louable projet.

IV. Mais voici que, après avoir, avec la permission de Dieu, recouvré le dit Royaume, vous avez voulu accomplir votre dessein, et à notre cher fils, Christophe Colomb, homme des plus dignes, des plus recommandables, très propre à une si grande affaire, lui fournissant les navires et les équipages nécessaires, vous avez donné la mission laborieuse, dangereuse et coûteuse entre toutes, de rechercher soigneusement des Continents et des îles, éloignés et inconnus, dans une mer, où jusqu'à ce jour nul n'avait encore navigué. Ces hommes ont, Dieu aidant, mis un zèle extrême à parcourir le Grand Océan, et ils y ont trouvé certaines îles, très éloignées, et même des Continents que nul autre n'avait découverts jusque-là. De très nombreuses nations habitent ces pays, vivant en paix, et habituées, dit-on, à marcher nues et à ne pas se nourrir de chair. Autant que vos envoyés susdits le peuvent conjecturer, ces mêmes nations, qui habitent les îles et les continents précités, croient qu'un seul Dieu Créateur est aux cieux ; elles paraissent assez propres à embrasser la Foi Catholique et à se former aux bonnes moeurs ; et l'on espère que, si elles étaient instruites, le culte du Sauveur, Notre Seigneur Jésus-Christ, serait facilement établi dans ces continents et ces îles. Ledit Christophe a déjà fait édifier et construire, sur l'une des principales des îles susdites, une tour assez forte dans laquelle il a laissé certains Chrétiens de sa suite, qui la garderont et chercheront d'autres îles et continents éloignés et inconnus. Dans ces mêmes îles et ces continents déjà découverts on trouve l'or, les parfums, et le plus grand nombre d'objets précieux de diverses espèces et qualités.

V. Pour vous, à l'exemple de vos ancêtres, les Rois d'illustre mémoire, toutes choses bien considérées, et surtout comme il convient à des Rois et Princes Catholiques, en vue de l'exaltation et du développement de la foi Catholique, vous vous êtes proposé, avec le secours de la clémence divine, de soumettre et de convertir à la foi Catholique ces continents et ces îles précités, leurs habitants et indigènes. Nous louons très vivement, dans le Seigneur, votre saint et louable projet ; nous désirons qu'il soit conduit à bonne fin, et que le culte même de Notre Sauveur soit établi dans ces pays. Et ainsi, puisque vous-mêmes, de votre propre mouvement, voulez, par amour pour la foi orthodoxe, commencer et poursuivre jusqu'au bout cette entreprise, nous vous pressons très vivement, dans Notre Seigneur, et, tout ensemble, par la réception du saint Baptême, qui vous lie aux ordres apostoliques, et par les entrailles de la miséricorde de Notre Seigneur Jésus-Christ, nous vous sollicitons avec instances de croire que vous devez engager les peuples, qui habitent ces îles et ces continents, à embrasser la religion chrétienne, de vouloir les y porter, de ne vous laisser jamais détourner par les périls ni les labeurs, d'espérer et de penser fermement que le Dieu Tout-Puissant bénira vos efforts.

VI. Afin que la largesse de la grâce apostolique vous fasse entreprendre, avec plus d'indépendance et d'audace, la charge d'une si grande affaire, nous, de notre propre mouvement, non sur votre demande et votre instance, ni sur celles que d'autres nous auraient adressées à cet égard pour vous, mais de notre pure libéralité, de notre science certaine, et de la plénitude de la puissance apostolique, nous vous donnons, de toutes les îles et de tous les continents trouvés et à trouver, découverts et à découvrir, à l'ouest et au midi d'une ligne faite et conduite du pôle arctique, ou nord, au pôle antarctique, ou sud, et distante, à l'ouest et au midi, de cent lieues de toute île de celles qui sont vulgairement nommées les Açores et les îles du Cap-Vert, que ces îles et ces continents trouvés et à trouver soient situés vers l'Inde, ou qu'ils le soient vers tout autre pays, toutes les îles et tous les continents trouvés et à trouver, découverts et à découvrir, à l'ouest et au midi de la dite ligne, qui n'auront pas été effectivement possédés par quelque autre Roi ou Prince Chrétien jusqu'au dernier jour passé de la nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ, où commence la présente année, mille quatre cent quatre-vingt-treize, dans laquelle vos envoyés et capitaines ont découvert quelques-unes des dites îles.

VII. En vertu de l'autorité du Dieu Tout-Puissant que nous avons reçue par le bienheureux Pierre, et de celle qui est attachée aux fonctions de Vicaire de Jésus-Christ que nous exerçons sur la terre, nous donnons, concédons, transférons à perpétuité, aux termes des présentes, ces îles et ces continents, avec toutes leurs dominations, cités, places fortes, lieux et campagnes, droits et juridictions, à vous et à vos héritiers et successeurs, les Rois de Castille et de Léon ; et nous vous en faisons, constituons et. estimons maîtres, vous et vos susdits héritiers et successeurs, avec pleine, libre et entière puissance, autorité et juridiction. Mais c'est notre volonté que notre présente donation, concession et assignation, ne puisse ni être censée avoir été mise en question ou détruite, ni détruire les droits des Princes Chrétiens qui auraient effectivement possédé les dites îles et les dits continents jusqu'au jour précité de la nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ.

VIII. Nous vous enjoignons encore, en vertu de la sainte obéissance que, suivant votre promesse dont votre très grande dévotion et votre royale magnanimité garantissent, nous n'en doutons pas, l'accomplissement, vous choisissiez, avec tout le zèle convenable, et envoyiez aux îles et aux continents précités des hommes honnêtes, craignant Dieu, instruits, habiles et propres à enseigner aux habitants et indigènes la foi Catholique, et à les former aux bonnes moeurs.

IX. A toute personne, quelque dignité qu'elle ait, fût-elle même d'état, de rang, d'ordre, ou de condition Impériale et Royale, sous peine d'excommunication majeure qu'elle encourra par le seul fait de sa désobéissance, nous interdisons rigoureusement de tenter, sans votre permission spéciale ou celle de vos héritiers et successeurs susdits, pour faire le trafic ou pour toute autre cause, l'accès des îles et des continents, trouvés ou à trouver, découverts ou à découvrir, au midi et à l'ouest d'une ligne faite et conduite du pôle arctique au pôle antarctique, et distante de cent lieues, à l'ouest et au midi, comme il a été dit, de toute île de celles qui sont vulgairement nommées les Açores et les îles du Cap-Vert, ces îles et ces continents, trouvés et à trouver, fussent-ils situés vers l'Inde ou le fussent-ils vers tout autre pays.

X. Ainsi sera-t-il, nonobstant toutes constitutions et ordonnances, apostoliques et autres.

XI. Nous mettons notre confiance dans celui de qui procèdent les empires, les dominations et tous les biens, assuré que, le Seigneur dirigeant vos actes, si vous poursuivez votre saint et louable projet, vos travaux et vos efforts seront, en peu de temps, pour le bonheur et la gloire de tout le peuple Chrétien, couronnés du plus heureux succès.

XII. Comme il serait difficile que les présentes lettres fussent portées dans tous les lieux où leur production pourrait être utile, nous voulons, et, pour ce motif et à raison de cette conviction, nous décidons que toute copie, portant la signature d'un notaire public compétent et le sceau de quelque personne revêtue d'une dignité ecclésiastique ou celui d'une cour ecclésiastique, ait, en justice, et ailleurs, et partout, la créance qui s'attacherait aux présentes, si celles-ci étaient produites ou montrées.

XIII. Qu'il ne soit donc permis à aucun des hommes de briser ou de méconnaître, par une audace téméraire, cet acte qui renferme notre recommandation, exhortation, requête, donation, concession, assignation, désignation, délégation, décision, ordre, défense et volonté. Si quelqu'un ose le faire, il encourra, qu'il en soit averti, l'indignation du Dieu Tout-Puissant et des bienheureux Apôtres de Dieu, Pierre et Paul.

XIV. Donné à Rome, à Saint-Pierre, l'année après l'incarnation de Notre Seigneur, mil quatre cent quatre-vingt-treize, le quatrième jour avant les Nones de Mai, la première année de notre pontificat.

02

1493-05-23- SS Alexander VI – Bulla ‘Inter Caetera’

Pope Alexander VI - The Bull Inter Caetera - 4 May 1493

Alexander, bishop, servant of the servants of God, to the illustrious sovereigns, our very dear son in Christ, Ferdinand, king, and our very dear daughter in Christ, Isabella, queen of Castile, Leon, Aragon, Sicily, and Granada, health and apostolic benediction. Among other works well pleasing to the Divine Majesty and cherished of our heart, this assuredly ranks highest, that in our times especially the Catholic faith and the Christian religion be exalted and be everywhere increased and spread, that the health of souls be cared for and that barbarous nations be overthrown and brought to the faith itself. Wherefore inasmuch as by the favor of divine clemency, we, though of insufficient merits, have been called to this Holy See of Peter, recognizing that as true Catholic kings and princes, such as we have known you always to be, and as your illustrious deeds already known to almost the whole world declare, you not only eagerly desire but with every effort, zeal, and diligence, without regard to hardships, expenses, dangers, with the shedding even of your blood, are laboring to that end; recognizing also that you have long since dedicated to this purpose your whole soul and all your endeavors - as witnessed in these times with so much glory to the Divine Name in your recovery of the kingdom of Granada from the yoke of the Saracens - we therefore are rightly led, and hold it as our duty, to grant you even of our own accord and in your favor those things whereby with effort each day more hearty you may be enabled for the honor of God himself and the spread of the Christian rule to carry forward your holy and praiseworthy purpose so pleasing to immortal God. We have indeed learned that you, who for a long time had intended to seek out and discover certain islands and mainlands remote and unknown and not hitherto discovered by others, to the end that you might bring to the worship of our Redeemer and the profession of the Catholic faith their residents and inhabitants, having been up to the present time greatly engaged in the siege and recovery of the kingdom itself of Granada were unable to accomplish this holy and praiseworthy purpose; but the said kingdom having at length been regained, as was pleasing to the Lord, you, with the wish to fulfill your desire, chose our beloved son, Christopher Columbus, a man assuredly worthy and of the highest recommendations and fitted for so great an undertaking, whom you furnished with ships and men equipped for like designs, not without the greatest hardships, dangers, and expenses, to make diligent quest for these remote and unknown mainlands and islands through the sea, where hitherto no one had sailed; and they at length, with divine aid and with the utmost diligence sailing in the ocean sea, discovered certain very remote islands and even mainlands that hitherto had not been discovered by others; wherein dwell very many peoples living in peace, and, as reported, going unclothed, and not eating flesh. Moreover, as your aforesaid envoys are of opinion, these very peoples living in the said islands and countries believe in one God, the Creator in heaven, and seem sufficiently disposed to embrace the Catholic faith and be trained in good morals. And it is hoped that, were they instructed, the name of the Savior, our Lord Jesus Christ, would easily be introduced into the said countries and islands. Also, on one of the chief of these aforesaid islands the said Christopher has already caused to be put together and built a fortress fairly equipped, wherein he has stationed as garrison certain Christians, companions of his, who are to make search for other remote and unknown islands and mainlands. In the islands and countries already discovered are found gold, spices, and very many other precious things of divers kinds and qualities. Wherefore, as becomes Catholic kings and princes, after earnest consideration of all matters, especially of the rise and spread of the Catholic faith, as was the fashion of your ancestors, kings of renowned memory, you have purposed with the favor of divine clemency to bring under your sway the said mainlands and islands with their residents and inhabitants and to bring them to the Catholic faith. Hence, heartily commending in the Lord this your holy and praiseworthy purpose, and desirous that it be duly accomplished, and that the name of our Savior be carried into those regions, we exhort you very earnestly in the Lord and by your reception of holy baptism, whereby you are bound to our apostolic commands, and by the bowels of the mercy of our Lord Jesus Christ, enjoy strictly, that inasmuch as with eager zeal for the true faith you design to equip and despatch this expedition, you purpose also, as is your duty, to lead the peoples dwelling in those islands and countries to embrace the Christian religion; nor at any time let dangers or hardships deter you therefrom, with the stout hope and trust in your hearts that Almighty God will further your undertakings. And, in order that you may enter upon so great an undertaking with greater readiness and heartiness endowed with benefit of our apostolic favor, we, of our own accord, not at your instance nor the request of anyone else in your regard, but out of our own sole largess and certain knowledge and out of the fullness of our apostolic power, by the authority of Almighty God conferred upon us in blessed Peter and of the vicarship of Jesus Christ, which we hold on earth, do by tenor of these presents, should any of said islands have been found by your envoys and captains, give, grant, and assign to you and your heirs and successors, kings of Castile and Leon, forever, together with all their dominions, cities, camps, places, and villages, and all rights, jurisdictions, and appurtenances, all islands and mainlands found and to be found, discovered and to be discovered towards the west and south, by drawing and establishing a line from the Arctic pole, namely the north, to the Antarctic pole, namely the south, no matter whether the said mainlands and islands are found and to be found in the direction of India or towards any other quarter, the said line to be distant one hundred leagues towards the west and south from any of the islands commonly known as the Azores and Cape Verde. With this proviso however that none of the islands and mainlands, found and to be found, discovered and to be discovered, beyond that said line towards the west and south, be in the actual possession of any Christian king or prince up to the birthday of our Lord Jesus Christ just past from which the present year one thousand four hundred ninety-three begins. And we make, appoint, and depute you and your said heirs and successors lords of them with full and free power, authority, and jurisdiction of every kind; with this proviso however, that by this our gift, grant, and assignment no right acquired by any Christian prince, who may be in actual possesssion of said islands and mainlands prior to the said birthday of our Lord Jesus Christ, is hereby to be understood to be withdrawn or taking away. Moreover we command you in virtue of holy obedience that, employing all due diligence in the premises, as you also promise - nor do we doubt your compliance therein in accordance with your loyalty and royal greatness of spirit - you should appoint to the aforesaid mainlands and islands worthy, God-fearing, learned, skilled, and expeienced men, in order to instruct the aforesaid inhabitants and residents in the Catholic faith and train them in good morals. Furthermore, under penalty of excommunication "late sententie" to be incurred "ipso facto," should anyone thus contravene, we strictly forbid all persons of whatsoever rank, even imperial and royal, or of whatsoever estate, degree, order, or condition, to dare without your special permit or that of your aforesaid heirs and successors, to go for the purpose of trade or any other reason to the islands or mainlands, found and to be found, discovered and to be discovered, towards the west and south, by drawing and establishing a line from the Arctic pole to the Antarctic pole, no matter whether the mainlands and islands, found and to be found, lie in the direction of India or toward any other quarter whatsoever, the said line to be distant one hundred leagues towards the west and south, as is aforesaid, from any of the islands commonly known as the Azores and Cape Verde; apostolic constitutions and ordinances and other decrees whatsoever to the contrary notwithstanding. We trust in Him from whom empires and governments and all good things proceed, that, should you, with the Lord's guidance, pursue this holy and praiseworthy undertaking, in a short while your hardships and endeavors will attain the most felicitious result, to the happiness and glory of all Christendom. But inasmuch as it would be difficult to have these present letters sent to all places where desirable, we wish, and with similar accord and knowledge do decree, that to? copies of them, signed by the hand of a public notary commissioned therefor, and sealed with the seal of any ecclesiastical officer or ecclesiastical court, the same respect is to be shown in court and outside as well as anywhere else as would be given to these presents should they thus be exhibited or shown. Let no one, therefore, infringe, or with rash boldness contravene, this our recommendation, exhortation, requisition, gift, grant, assignment, constitution, deputation, decree, mandate, prohibition, and will. Should anyone presume to attempt this, be it known to him that he will incur the wrath of Almighty God and of the blessed apostles Peter and Paul. Given at Rome, at Saint Peter's, in the year of the incarnation of our Lord one thousand four hundred and ninety-three, the fourth of May, and the first year of our pontificate.

http://www.documentacatholicaomnia.eu/04z/z_1493-05-23__SS_Alexander_VI__Bulla_'Inter_Caetera'__EN.doc.html


05=   Bulla Inter caetera latine  SS Alexander PP VI [1493-05-23] 

Texte latin in Frédéric Schoell, Histoire abrégée des traités de paix entre les puissances de l'Europe depuis la paix de Westphalie de Christophe Guillaume Koch, Bruxelles, 1837, tome premier.

Textus latinus quoque invenitur apud:

06=  TRAITE DE TORDESILLAS.  ESPAGNE ET PORTUGAL. 

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE  UNESCO. Réf N° 2006-43. PARTIE A - INFORMATIONS ESSENTIELLE

1. RÉSUMÉ :  Le Traité de Tordesillas  du 7 juin 1494

Le Traité de Tordesillas du 7 juin 1494 consiste en un ensemble d’accords passés entre le roi Ferdinand II d’Aragon et la reine Isabelle Ire de Castille d’une part et le roi Jean II de Portugal d’autre part, qui établissent une nouvelle ligne de partage entre les deux couronnes, de pôle à pôle, à 370 lieues à l’ouest des îles du Cap-Vert. Le traité fut signé après de laborieuses négociations diplomatiques entre les ambassadeurs et les conseillers juridiques des deux royaumes. La modification de la ligne de démarcation partageant le monde entre l’Espagne et le Portugal donna naissance au Brésil, dont l’extrémité orientale se retrouva dans la zone portugaise. Ce document est essentiel pour qui veut comprendre l’histoire de l’Amérique et les relations économiques et culturelles entre l’Europe et l’Amérique. Le traité est donc devenu une référence importante non seulement en matière d’histoire de l’océan Atlantique mais également en ce qui concerne la mémoire du monde, car il a permis la rencontre de continents et de civilisations séparés par des océans inconnus.

2.         INFORMATIONS SUR L’AUTEUR DE LA PROPOSITION

2.1       Nom (personne physique ou morale)

Ministère espagnol de la culture. Direction générale du livre, des archives et des bibliothèques ;

Ministère portugais de la culture - Direction générale des archives.

2.2       Relation avec l’élément considéré du patrimoine

La Direction générale du livre, des archives et des bibliothèques espagnole est chargée d’encourager la préservation, la promotion et la diffusion nationale et internationale du patrimoine documentaire (Décret royal 1601/2004 du 2 juillet 2004, mettant en place la structure organique de base du Ministère de la culture).

La Direction générale des archives portugaise, chargée de la politique archivistique au niveau national (Décret gouvernemental 93/2007 du 29 mars 2007), est propriétaire et dépositaire du document, pour le compte d’Arquivo Nacional da Torre do Tombo.

2.3       Personne(s) à contacter :

Espagne : Rogelio Blanco Martínez, Directeur général du livre, des archives et des bibliothèques.

Portugal : Silvestre de Almeida Lacerda, Directeur général des archives.

2.4       Coordonnées complètes de la personne à contacter (adresse, téléphone, fax, adresse électronique)

Ministerio de Cultura. Plaza del Rey I. 28004. Madrid. Espagne. Tél. : 00 34 91 7017271 /72 ; Fax : 00 34 91 701 7403.     E-mail : archivos.estatales  @  mcu.es / rogelio.blanco  @  dglab.mcu.es ;

Direcção Geral de Arquivos, Alameda da Universidade de Lisboa, 1649-010, Lisbonne. Portugal. Tél. : 00 351 21 7811500 ; Fax : 00351 217937230. E-mail : lacerda  @  iantt.pt

3.         IDENTITÉ ET DESCRIPTION DE L’ÉLÉMENT DU PATRIMOINE DOCUMENTAIRE

3.1       Nom et identification de l’élément

Traité de Tordesillas. 1494, 7 juin, Tordesillas.

Archivo General de Indias

Avda. de la Constitución, 3

41071 Séville - Espagne ;

Traité de Tordesillas. 1494, 7 juin, Tordesillas.

Arquivo Nacional da Torre do Tombo

Alameda da Universidade de Lisboa,

1649-010, Lisbonne - Portugal.

3.2       Description

Traité de Tordesillas (version portugaise) : accords entre le roi Ferdinand II d’Aragon et la reine Isabelle Ire de Castille d’une part et le roi Jean II de Portugal d’autre part, établissant une nouvelle ligne de partage entre les deux couronnes, de pôle à pôle, à 370 lieues à l’ouest des îles du Cap-Vert.

Tordesillas, 7 juin 1494. Ratifié à Setúbal par le roi du Portugal le 5 septembre 1494.

Manuscrit sur parchemin.

4 plis (8 feuillets : 330 x 250 mm).

Signature de Jean II de Portugal.

Sceau en plomb pendant sur lacs de soie.

Code de référence : ES.41091. Sélection de documents de l’AGI, 1 N.1.

Traité de Tordesillas (version castillane) : accords entre le roi Ferdinand II d’Aragon et la reine Isabelle Ire de Castille d’une part et le roi Jean II de Portugal d’autre part, établissant une nouvelle ligne de partage entre les deux couronnes, de pôle à pôle, à 370 lieues à l’ouest des îles du Cap-Vert.

Tordesillas, 7 juin 1494. Ratifié à Arevalo par le roi Ferdinand II d’Aragon et la reine Isabelle Ire de Castille le 2 juillet 1494.

Manuscrit sur parchemin.

4 plis (8 feuillets : 340 x 250 mm).

Signatures de Ferdinand II d’Aragon et d’Isabelle Ire de Castille.

Sceau manquant.

Code de référence : Portugal, Torre do Tombo, Gaveta 17, mç.2, doc. 24. (PT-TT-GAV/17/2/24).

Résumé de son origine :

En tant que document de l’État portugais, le Traité de Tordesillas a toujours été conservé par les Archives royales de Torre do Tombo.

État physique et condition :

Le Traité de Tordesillas est un document digne d’être sauvegardé. Il est donc conservé comme les autres trésors nationaux dans la chambre forte des Archives, où un système de régulation des conditions ambiantes assure une température et un taux d’humidité relative stables. Il est adéquatement protégé contre la photodégradation. Nous considérons cet objet
- le parchemin et l’encre - comme étant dans un état de conservation correct.

Il n’est consultable que sur microfilm ou support numérique.

Documentation visuelle :  Voir le CD fourni.

Experts portugais :  Professor Doutor Luís Adão da Fonseca. Universidade Lusíada. Rua Dr. Lopo de Carvalho

4369-006 Porto. Tél. : 00 351 225570800.  Secrétaire : Paula Castro. E-mail: adaofonseca @  por.lusiada.pt

4.         JUSTIFICATION DE LA PROPOSITION D’INSCRIPTION SUR LE REGISTRE/ÉVALUATION PAR RAPPORT AUX CRITÈRES DE SÉLECTION

4.1       Authenticité

La version portugaise du traité est conservée par la Chancellerie royale de Castille. La version castillane est conservée à Lisbonne par les Archives de Torre do Tombo.

La version castillane du traité, portant les signatures de validation du roi Ferdinand II d’Aragon et de la reine Isabelle Ire de Castille, est conservée par les Archives royales de Torre do Tombo.

4.2       Intérêt universel, caractère unique et irremplaçable

Par le Traité d’Alcáçovas (1479-1480), la Castille conserva les Canaries mais accepta le monopole portugais sur les côtes africaines, au sud du parallèle des îles. La découverte du Nouveau Monde marqua le débit du mouvement expansionniste castillan vers l’ouest et mena au conflit avec le Portugal. Le roi Ferdinand et la reine Isabelle obtinrent des bulles du Pape Alexandre VI, la plus remarquable étant la deuxième bulle Inter Caetera du 4 mai 1493, qui établissait une ligne de démarcation discontinue à cent lieues à l’ouest des Açores et du Cap-Vert. Le roi Ferdinand et la reine Isabelle étaient ainsi autorisés à naviguer vers l’ouest en direction de l’Inde, tandis que Jean II pouvait naviguer vers le sud en direction de l’Inde également. En 1493 commencèrent des pourparlers entre les couronnes portugaise et castillane, qui se conclurent par le Traité de Tordesillas établissant une nouvelle ligne de partage à 370 lieues à l’ouest des îles du Cap-Vert.

Les termes du traité représentaient une percée pour le Portugal, car l’antiméridien à l’est de la ligne de démarcation garantissait l’existence d’une frontière protégeant la zone de monopole portugais des Castillans. Ce changement donna du même coup naissance au Brésil, dont la partie la plus à l’Est se retrouvait dans la zone portugaise. Cet important traité aura des répercussions jusqu’au XVIIIe siècle.

Après la signature du traité, les découvertes portugaises et espagnoles menèrent à l’hégémonie ibérique sur une grande partie du monde. La souveraineté sur l’océan Atlantique entraîna la découverte de nouvelles routes maritimes menant à d’autres terres, comme l’Inde. La rivalité que fit naître ensuite, à propos des Moluques (1512-1529), le voyage autour du monde de Magellan, fut une conséquence inattendue du traité.

Pendant la majeure partie du XVIe siècle, l’Europe suivit avec grand intérêt les exploits pionniers des deux pays ibériques de par le monde. Ce n’est qu’à la fin du XVIe siècle que le monopole ibérique de navigation fut fortement remis en cause par les autres pays européens qui s’employèrent, tout au long du XVIIe siècle, à mettre fin à cette hégémonie dans une grande partie de l’Afrique et dans l’océan Indien.

Les répercussions de cet important traité se firent néanmoins sentir jusqu’au XVIIIe siècle, lorsque la question du tracé des frontières des colonies portugaises et espagnoles en Amérique du Sud entraîna la modification de la ligne de partage de Tordesillas. Ce changement eut pour conséquence la naissance du Brésil - sa partie orientale tombant dans la zone portugaise -, ainsi que la révocation du traité.

L’objet de la négociation - l’océan Atlantique considéré non seulement comme un espace de navigation mais aussi comme un lieu de relations économiques, sociales et culturelles, en un mot comme une base essentielle de la civilisation dont nous sommes les héritiers - explique à lui seul le caractère unique et universel du Traité de Tordesillas, l’un des plus importants traités dans l’histoire des relations internationales.

4.3       Critères (a) de l’époque, (b) du lieu, (c) des personnes, (d) du sujet et du thème, (e) de la forme et du style

Époque : le Traité de Tordesillas marque l’expansion de la présence hispano-portugaise sur le continent américain ; il établit clairement les domaines de juridiction de la Castille et du Portugal. Le Traité de Tordesillas évoque tout particulièrement la présence espagnole et portugaise en Amérique et la juridiction portugaise sur les terres asiatiques de l’Inde, de Macao et du Timor. Au-delà des stratégies politiques, son application a grandement contribué à l’amélioration des techniques de navigation et, dans une certaine mesure, aux progrès des connaissances en astronomie, cosmographie et cartographie.

Lieu : pour la même raison, le traité aura une influence sur le développement ultérieur de l’Amérique dans son ensemble. Il a permis l’ouverture du monde ; de nouvelles mers et de nouveaux océans furent découverts et des civilisations inconnues atteintes : au-delà du Brésil et de l’Afrique du Sud, des contrées orientales comme l’Afrique de l’Est, l’Inde, Ceylan, l’Arabie, la Perse, la Malaisie, la Chine et le Japon.

Personnes : Isabelle Ire, reine de Castille, Ferdinand II, roi d’Aragon, et Jean II, roi du Portugal, sont les moteurs du traité.

Thème : la signature du traité établit le partage des zones d’influence des explorations portugaises et castillanes.

4.4       Problèmes de rareté, d’intégrité, de menace et de gestion

Espagne : l’ensemble est en bon état, et sa conservation est assurée.

Portugal : la conservation du document est assurée. Le sceau manque.

5.         INFORMATION JURIDIQUE

5.1       Propriétaire de l’élément du patrimoine documentaire (nom et coordonnées complètes)

État espagnol (Ministère de la culture)

État portugais (Ministère de la culture).

5.2       Dépositaire de l’élément du patrimoine documentaire (nom et coordonnées complètes, si le dépositaire n’est pas le propriétaire)

Archivo general de Indias ; Ministère de la culture

Arquivo Nacional da Torre do Tombo. Direction générale des archives. Ministère de la culture.

5.3       Statut juridique :

(a)       Régime de propriété

             État espagnol

             État portugais.

 (b)      Accessibilité

             Libre.

(c)       Droit d’auteur

             Domaine public, sous réserve des droits de diffusion et de propriété des médias détenus par les États espagnol et portugais.

(d)       Administration responsable

             Espagne. Ministère de la culture

             Portugal. Direction générale des archives. Ministère de la culture.

(e)       Autres éléments

             Oui. Conformément au décret du Gouvernement portugais 93/2007 du 29 mars 2007.

6.         PLAN DE GESTION

6.1       Existe-t-il un plan de gestion de l’élément du patrimoine documentaire ? OUI/NON

Non. Néanmoins, le bâtiment actuel de l’Arquivo Nacional da Torre do Tombo offre un bon environnement physique (bonnes conditions de qualité de l’air, de température et d’humidité, de stockage et de sécurité) et dispose d’un plan de préparation aux catastrophes.

7.         CONSULTATION

7.1       Rendre compte de la consultation (a) du propriétaire du patrimoine ;
(b) du dépositaire ; (c) de votre comité national ou régional de la Mémoire du monde
au sujet de la proposition d’inscription

Ce formulaire a été établi en consultation et en collaboration avec les Archives dépositaires du document en question et ainsi qu’avec la Délégation permanente de l’Espagne auprès de l’UNESCO, qui ont fourni à cette fin un précieux appui.

Ce formulaire a été établi en consultation avec le Comité national, le Service des relations culturelles du Ministère de la culture et la Délégation permanente du Portugal auprès de l'UNESCO.

PARTIE B - INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

8.         ÉVALUATION DES RISQUES

8.1       Préciser la nature et l’étendue des menaces auxquelles l’élément du patrimoine est exposé (voir 5.5)

L’élément n’est pas actuellement menacé.

9.         ÉVALUATION DE LA PRÉSERVATION

9.1       Donner des précisions sur les conditions de conservation de l’élément du patrimoine documentaire (voir 3.3)

Espagne : le Département de la préservation des Archives générales des Indes, dépositaire du document, est chargé d’assurer l’intégrité et la préservation appropriée du document.

Portugal : le Département du patrimoine archivistique des Archives nationales Torre do Tombo, dépositaire du document, est chargé d’en assurer l’intégrité et la préservation appropriée.   PARTIE C - SOUMISSION DE LA PROPOSITION .

La proposition d’inscription est soumise par : María San Segundo.  Ambassadrice, Déléguée permanente de l’Espagne auprès de l’UNESCO .Duarte Ramalho Ortigão. Ambassadeur, Délégué permanent du Portugal auprès de l’UNESCO. Paris, le 10 avril 2007

     05

 TRAITÉ DE TORDESILLAS . 7 JUIN 1494. CONTEXTE HISTORIQUE

https://archive.is/XPFI2#selection-226.1-646.0

Le Traité de Tordesillas du 7 juin 1494 consiste en un ensemble d’accords passés entre le roi Ferdinand II d’Aragon et la reine Isabelle Ire de Castille d’une part et le roi Jean II de Portugal d’autre part.

Ces accords établissent une nouvelle ligne de partage entre les deux couronnes, de pôle à pôle, à 370 lieues à l’ouest des îles du Cap-Vert. Le traité fut signé après de laborieuses négociations diplomatiques entre les ambassadeurs et les conseillers juridiques des deux royaumes.

La modification de la ligne de démarcation partageant le monde entre l’Espagne et le Portugal donna naissance au Brésil, dont l’extrémité orientale se retrouva dans la zone portugaise. Ce document est essentiel pour qui veut comprendre l’histoire de l’Amérique et les relations économiques et culturelles entre l’Europe et l’Amérique. Le traité est donc devenu une référence importante non seulement en matière d’histoire de l’océan Atlantique mais également en ce qui concerne la mémoire du monde, car il a permis la rencontre de continents et de civilisations séparés par des océans inconnus.

Contexte historique

Par le Traité d’Alcáçovas (1479-1480), la Castille conserva les Canaries mais accepta le monopole portugais sur les côtes africaines, au sud du parallèle des îles. La découverte du Nouveau Monde marqua le débit du mouvement expansionniste castillan vers l’ouest et mena au conflit avec le Portugal.

Le roi Ferdinand et la reine Isabelle obtinrent des bulles du Pape Alexandre VI, la plus remarquable étant la deuxième bulle Inter Caetera du 4 mai 1493, qui établissait une ligne de démarcation discontinue à cent lieues à l’ouest des Açores et du Cap-Vert. Le roi Ferdinand et la reine Isabelle étaient ainsi autorisés à naviguer vers l’ouest en direction de l’Inde, tandis que Jean II pouvait naviguer vers le sud en direction de l’Inde également.

En 1493 commencèrent des pourparlers entre les couronnes portugaise et castillane, qui se conclurent par le Traité de Tordesillas établissant une nouvelle ligne de partage à 370 lieues à l’ouest des îles du Cap-Vert.

Les termes du traité représentaient une percée pour le Portugal, car l’antiméridien à l’est de la ligne de démarcation garantissait l’existence d’une frontière protégeant la zone de monopole portugais des Castillans. Ce changement donna du même coup naissance au Brésil, dont la partie la plus à l’Est se retrouvait dans la zone portugaise. Cet important traité aura des répercussions jusqu’au XVIIIe siècle.

Après la signature du traité, les découvertes portugaises et espagnoles menèrent à l’hégémonie ibérique sur une grande partie du monde. La souveraineté sur l’océan Atlantique entraîna la découverte de nouvelles routes maritimes menant à d’autres terres, comme l’Inde. La rivalité que fit naître ensuite, à propos des Moluques (1512-1529), le voyage autour du monde de Magellan, fut une conséquence inattendue du traité.

Pendant la majeure partie du XVIe siècle, l’Europe suivit avec grand intérêt les exploits pionniers des deux pays ibériques de par le monde. Ce n’est qu’à la fin du XVIe siècle que le monopole ibérique de navigation fut fortement remis en cause par les autres pays européens qui s’employèrent, tout au long du XVIIe siècle, à mettre fin à cette hégémonie dans une grande partie de l’Afrique et dans l’océan Indien.

Les répercussions de cet important traité se firent néanmoins sentir jusqu’au XVIIIe siècle, lorsque la question du tracé des frontières des colonies portugaises et espagnoles en Amérique du Sud entraîna la modification de la ligne de partage de Tordesillas. Ce changement eut pour conséquence la naissance du Brésil - sa partie orientale tombant dans la zone portugaise -, ainsi que la révocation du traité.

Ce traité est constitué de deux documents.

Le Traité de Tordesillas à été rédigé à Tordesillas, en deux version :  une version castillane et une version portugaise.

Les points importants du traité :

"Ferdinand et Isabelle, par la grâce de Dieu, Roi et Reine de Castille, de Léon, d'Aragon, de Sicile, de Grenade, de Tolède, de Galice ..../... . Ainsi, son altesse, le sérénissime Roi de Portugal, notre frère bien aimé, nous a dépêché ses ambassadeurs et mandataires [...] afin d'établir, de prendre acte et de se mettre d'accord avec nous .../.. sur ce qui appartient à l'un et à l'autre de l'océan qu'il reste encore à découvrir.

Leurs altesses souhaitent .../... que l'on trace et que l'on établisse sur ledit océan une frontière ou une ligne droite, de pôle à pôle, à savoir, du pôle arctique au pôle antarctique, qui soit située du nord au sud .../... à trois cent soixante-dix lieues des îles du Cap-Vert vers le ponant [...]; tout ce qui jusqu'alors a été découvert ou à l'avenir sera découvert par le Roi de Portugal et ses navires, îles et continent, depuis ladite ligne telle qu'établie ci-dessus, en se dirigeant vers le levant .../... appartiendra au Roi de Portugal et à ses successeurs .../.... Et ainsi, tout ce qui, îles et continent .../..., est déjà découvert ou viendra à être découvert par les Roi et Reine de Castille et d'Aragon .../..., depuis ladite ligne .../... en allant vers le couchant .../... appartiendra aux dits Roi et Reine de Castille .../..."

1- Version castillane

La version castillane du traité a été ratifiée à Arevalo par le roi Ferdinand II d’Aragon et la reine Isabelle Ire de Castille le 2 juillet 1494.

Il s'agit d'un manuscrit sur parchemin. 4 plis (8 feuillets : 340 x 250 mm). Il comporte les signatures de Ferdinand II d’Aragon et d’Isabelle Ire de Castille. Un sceau est manquant.

La version castillane du traité est conservée par les Archives de Torre do Tombo : Traité de Tordesillas. 1494, 7 juin, Tordesillas. Arquivo Nacional da Torre do Tombo; Alameda da Universidade de Lisboa, 1649-010, Lisbonne - Portugal. Source. UNESCO

 Code de référence : Gaveta 17, mç.2, doc. 24. (PT-TT-GAV/17/2/24)

 07=     TRAITÉ DE TORDESILLAS (1494). PRÉSENTATION  PAR REGINE DETAMBEL.

Partage du monde Espagne/Portugal . Colonisation. Autre méthode de colonisation : la compagnie à charte.

REGINE DETAMBEL.   Conférences.Ateliers. Bibliothérapie. Grand élucidaire Politique

 http://www.regine-detambel.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=13722

COLONISATION.

 L'expansion de l'Europe du XVIe au XXe siècle prend des formes diverses : émigration, diffusion des techniques, volonté d'hégémonie culturelle, exportation de capitaux, colonisation. La colonisation implique occupation territoriale et dépendance du pays occupé. Toute colonisation, même sous la forme d'un affrontement, est un contact entre deux types de sociétés, les colonisateurs et les colonisés.

Classification

 Paul Leroy-Beaulieu publie en 1874 De la colonisation chez les peuples modernes, classant les types de colonies : colonies de commerce ou comptoirs (Hong Kong) ; colonies de plantations ou d'exploitation, destinées à fournir aux métropoles denrées exotiques, matières premières d'origine agricole, produits miniers ; des colonies de peuplement situées dans des pays de climat tempéré qui pouvaient recevoir des immigrants d'origine européenne ; colonies déversoirs, susceptibles de recevoir de la métropole des produits manufacturés et de la main d'œuvre ou, à l'inverse, colonies réservoirs fournissant à la métropole des produits de base et des hommes ; colonies stratégiques, colonies inavouées, pour définir des territoires théoriquement indépendants, mais soumis, en fait, à une forte pression économique, directe ou indirecte, de la part d'une puissance dominante. Pour ce qui est des méthodes d'administration, les juristes ont distingué les colonies incorporées, dans lesquelles l'autorité de la métropole s'exerce par le biais d'une administration directe, et les colonies protégées dans lesquelles le régime est celui de l'administration indirecte : protectorats ou, après la Première Guerre mondiale, territoires sous mandat.

 Plutôt que des types de colonies, l'histoire conduit à distinguer des types de colonisation.

 La colonisation est d'abord une entreprise intéressée, quelles que soient les motivations avancées = établissement d'une domination sous trois aspects : économique (la terre étant, par des procédés divers, arrachée à ceux qui la cultivaient, la production étant orientée en fonction des intérêts de la puissance colonisatrice) ; politique (instauration, avec modalités variées, d'un système de sujétion) ; culturelle (la métropole imposant sa civilisation, sa langue, voire sa religion).

 Toute domination entraîne violences (s'il y a résistance) et destruction des types de société qui font obstacle à la colonisation ou qui ne peuvent s'y adapter. Des civilisations précoloniales ont pu survivre partiellement, et il arrive qu'elles réapparaissent sous des formes nouvelles à l'ère de la décolonisation. La recherche d'un passé lointain, antérieur à la domination étrangère, a toujours été un des ferments de la prise de conscience nationale. Mais l'expansion européenne a bloqué des développements, comme en Afrique et en Asie, ou conduit des pays comme la Chine et le Japon à se refermer longtemps sur eux-même. Toutefois, il y a quelque chose d'irréversible dans les conséquences du fait colonial. Le monde contemporain, qui naît du démantèlement du système colonial, ne peut pas être la résurrection d'un statu quo antérieur à la colonisation. Balkanisation territoriale due à des initiatives administratives ou à des compromis entre grandes puissances et ne tenant aucun compte des réalités ethniques et géographiques ; orientations de l'économie (productions, moyens de transport) en fonction des intérêts de la métropole qui ne coïncident pas avec ceux des pays d'outre-mer concernés ; brassage de populations dû à des métissages, à des déplacements démographiques parfois à très grande distance (transfert des Noirs d'Afrique en Amérique au temps de la traite) ; civilisations « coloniales » purement occidentales ; civilisations syncrétiques (en Amérique latine) ; coexistence de niveaux très contrastés des forces productives, tel est l'héritage de la colonisation.

 En introduisant une économie monétaire (par l'impôt en argent), en suscitant des échanges commerciaux nouveaux, la colonisation a accéléré la destruction de certaines formes d'économie qui étaient un obstacle au développement des forces productives. Dans l'ensemble, la colonisation a donc favorisé, par la force, l'établissement ou le développement de modes de production supérieurs à ceux qui existaient antérieurement. De ce point de vue, elle a créé les conditions d'une croissance ultérieure dans le cadre de l'indépendance. L'œuvre colonisatrice a été à la fois destruction et construction, mais toujours au profit de la métropole.

Origines

 L' histoire ancienne des peuples méditerranéens montre trois types de colonisation : le comptoir-escale, la cité, la clérouquie.

 Commerçants et marins, les Crétois jalonnent d'escales les Cyclades, les côtes du Péloponnèse et la Méditerranée orientale, on différencie mal piraterie et commerce maritime. Les Phéniciens de Tyr et de Sidon créent des comptoirs dans tout le bassin de la Méditerranée, de Gadès (Cadix) à Chypre. Ces comptoirs, parfois fortifiés, reçoivent des émigrants venus des villes phéniciennes surpeuplées et sans arrière-pays : Carthage ++.

 Le phénomène de l'expansion grecque, est à la fois migration et colonisation. Migration lorsque les Éoliens, les Ioniens puis les Doriens vont s'installer sur les rives occidentales de l'Asie Mineure. Colonisation lorsqu'à partir du VIIIe siècle les Grecs fondent des cités dans tout le bassin de la Méditerranée, de l'Espagne au Pont-Euxin. Ils s'expatrient car sol pauvre & contraintes sociales qui réservaient la propriété du sol aux grandes familles. Si les premières colonies sont des bourgs peuplés d'agriculteurs, elles ne tardent pas à devenir des centres d'artisanat et des entrepôts. Dans l'Italie méridionale et en Sicile, le réseau des colonies est particulièrement dense (Grande Grèce). Mais il s'agit d'une colonisation dispersée. A l'origine de ce mouvement il y a des villes puissantes : Chalcis, Corinthe, Mégare, Milet, Phocée. Cependant, les colonies grecques sont des cités totalement indépendantes. Les liens qu'elles gardent avec la ville-mère sont d'ordre commercial ou religieux.

 La clérouquie est une création volontaire de l'État athénien. Se présentant comme un poste militaire, elle est peuplée de citoyens pauvres qui restent des citoyens athéniens et reçoivent un lot de terre (cleros). De la clérouquie, on peut rapprocher les « colonies » romaines. Elles ont, elles aussi, un rôle militaire, et leurs habitants doivent participer à la défense des frontières ou à la « pacification » des peuples vaincus.

 La Confédération de Délos se transforme, sous l'hégémonie d'Athènes, en un véritable empire dont les cités, hier alliées, deviennent sujettes.

Des grandes découvertes aux premiers empires coloniaux

 Les mines que le Moyen Âge avait exploitées, surtout en Allemagne centrale, s'épuisent. Elles ne produisent plus assez de métaux précieux pour permettre la frappe des monnaies. Dans le même temps, la fermeture de la Méditerranée par les Turcs fait monter le prix des épices et des denrées précieuses. Cette course vers l'or et les épices est à l'origine de la première étape de la colonisation moderne.

Constitution des deux premiers empires coloniaux : les deux pays qui vont ouvrir la voie sont le Portugal et l' Espagne. Le Portugal est le seul pays d'Europe qui a, du fait de la crise du XIVe siècle, connu un changement profond dans ses structures sociales : la victoire de la bourgeoisie des ports sur la féodalité rurale. Quand les dirigeants de l'État portugais continuent, en direction de l'Afrique, l'offensive contre les Musulmans, ils songent à l'or africain. Dès le milieu du XVe siècle, l'or du Soudan, qui prenait naguère la route de l'Orient, vient maintenant s'échanger sur la côte occidentale de l'Afrique contre les chevaux, le cuivre et les armes venus d'Europe. À la fin du siècle, l'horizon portugais s'élargit avec le dépassement du cap de Bonne-Espérance et la découverte de la route des Indes. Cette avance portugaise est rendue possible par une expérience raisonnée de l'art nautique et de l'organisation des voyages.

 Les Espagnols, qui prendront le relais, ont eux aussi mené des expéditions guerrières en Afrique. De l'argent a été gagné par les grands seigneurs andalous, lors du pillage des côtes africaines. Le pays s'unifie. La Castille sort de son isolement. Des communications s'organisent qui donnent une valeur commerciale à la laine des moutons mérinos, consolident la puissance de la riche association d'éleveurs, la Mesta, assurent la fortune du port de Bilbao, des drapiers de Ségovie et de la bourse de Burgos et drainent vers les foires de Medina del Campo les marchands de l'Europe. Grenade tombe, et autour de Ferdinand le Catholique se presse toute une foule de banquiers italiens, de Vénitiens, de Génois, de juifs convertis qui vont contribuer au financement de la découverte et de la conquête. Ce monde à peine entrevu qui s'ouvre à la colonisation est partagé par le pape entre les deux dominations espagnole et portugaise. Le traité de Tordesillas de 1494 fait du méridien situé dans l'Atlantique à 370 lieues à l'ouest de l'archipel du Cap-Vert un axe de délimitation : à l'ouest le domaine portugais, à l'est le domaine espagnol.

 Ainsi donc apparaît, à l'aube des Temps modernes, une conception qui dominera l'histoire de la colonisation : le droit que s'attribuent certaines puissances au partage du monde.

Caractéristiques des empires coloniaux : ces deux empires ont des structures différentes. L'empire portugais, qui se constitue dans le premier tiers du XVIe siècle, est formé par des comptoirs dispersés autour de l'océan Indien et sur les rives occidentales de l'Afrique, le Brésil ne jouant alors qu'un rôle très secondaire. Cet empire est une entreprise commerciale visant à un double monopole : monopole pour les Portugais et monopole pour le roi du Portugal. Sauf dans les îles de l'Atlantique, les Portugais ne cherchent pas à accroître la productivité. Ils se chargent de la collecte et du transport des épices, le souverain du Portugal devenant le premier « épicier » d'Europe et le « roi du poivre ». L'absence d'une véritable occupation territoriale explique la fragilité de cet empire qui ne résistera pas aux interventions des Hollandais qui s'emparent, au XVIIe, de Ceylan et de la plupart des îles de la Sonde.

L'empire espagnol est différent. A l'exception des Philippines isolées dans le monde des épices, les Espagnols ont, avec l'Amérique du Sud, un bloc continental d'une continuité territoriale exceptionnelle. Les méthodes coloniales sont adaptées à ces conditions géographiques et à l'exploitation des métaux précieux. Trois traits caractérisent cet empire qui s'organise solidement dès le milieu du XVIe siècle. D'abord la très forte centralisation : le temps où les conquistadors considéraient leurs conquêtes comme autant de propriétés personnelles est révolu. D'Espagne (de Séville, puis de Madrid), le Conseil des Indes impose, avec l'aide d'une bureaucratie d'hommes de loi, une administration imitée de l'administration espagnole, le roi étant représenté sur place par des vice-rois. Tout le commerce, dirigé de Séville par la Casa de Contratación, est réservé aux Espagnols. Chaque année, deux convois de galions quittent Séville ou Cadix pour le Nouveau Monde et en reviennent avec leur cargaison d'or ou d'argent. À elles seules, les mines d'argent découvertes en 1545 à Potosi, au Pérou, fournissent annuellement une production d'environ 300 tonnes contre 60 à peine pour la production européenne. D'autre part, il s'agit d'une colonisation systématique, comportant l'introduction de plantes nouvelles et le développement de l'élevage. Toute cette exploitation, enfin, est fondée sur le travail forcé des Indiens dans les mines et dans l'encomienda qui transpose, au-delà de l'Atlantique, une variante de la seigneurie. Décimée par les mauvais traitements, les maladies et la faim, la population indigène diminue de moitié en un siècle. C'est alors qu'on commence à user d'une main-d'œuvre nouvelle, celle des esclaves importés d'Afrique. Ainsi l'esclavage réapparaît, lié à la colonisation des Temps modernes, vidant l'Afrique noire d'une partie de sa substance humaine (ce qui sera une des causes de son déclin) et créant dans le Nouveau Monde des groupes de population noire. La colonisation n'a pas seulement déversé en Amérique des centaines de milliers de Blancs, elle a abouti à une migration forcée des peuples noirs. Toutefois, avec le brassage des races, l'implantation souvent brutale du christianisme sur un fond païen qui ne disparaît pas complètement et se nourrit d'apports africains, l'introduction de la langue espagnole, un nouveau type de civilisation héritée du fait colonial se constitue : une civilisation ibéro-américaine. L'Amérique latine est en train de naître.

Le premier système colonial et  les grandes compagnies

 Le partage du monde entre Espagne et Portugal n'est pas accepté par les autres États qui s'engagent dans la carrière coloniale : la France, l'Angleterre et la Hollande, qui ont une autre méthode de colonisation : la compagnie à charte. Ces compagnies ont obtenu de l'État, pour une zone géographiquement délimitée, un privilège, c'est-à-dire le monopole du commerce avec des faveurs douanières particulières. Elles possèdent un droit de souveraineté sur les territoires qui leur sont octroyés, ce qui leur permet d'entretenir des armées, de rendre justice et de battre monnaie. En contrepartie, ces compagnies ont l'obligation d'organiser les liaisons entre la métropole et les terres qui leur sont confiées, d'y assurer le peuplement, et, le cas échéant, l'évangélisation. Dans ce domaine, l'exemple est donné par l'Angleterre et la Hollande. La Compagnie anglaise des Indes orientales obtient, en 1600 et pour quinze ans, le monopole du commerce aux Indes orientales et la pleine propriété des territoires qu'elle pourrait acquérir. En 1602 est créée la Compagnie hollandaise des Indes orientales qui constitue comme le « modèle » de ces compagnies coloniales. Elle a le monopole du trafic et de la navigation entre le cap de Bonne-Espérance et le détroit de Magellan. Son objectif est commercial, mais elle a aussi des responsabilités coloniales puisqu'elle peut, au nom de l'État, passer « des contrats dans les Indes avec les naturels du pays ». Si la Compagnie est souveraine, elle a cependant des liens étroits avec l'État à qui les employés de la Compagnie doivent prêter serment d'allégeance. En France, trop nombreuses au temps de Richelieu, les compagnies sont réorganisées sous Colbert. Ainsi sont fondées la Compagnie française des Indes orientales qui assure le trafic des épices et le cabotage « d'Inde en Inde » autour de l'océan Indien et de l'océan Pacifique, la Compagnie des Indes occidentales qui se préoccupe surtout du commerce sucrier des Antilles, puis la Compagnie du Sénégal qui assure la traite négrière, la Compagnie de Guinée, la Compagnie du Nord, la Compagnie du Levant, etc. Ces compagnies n'ont pas drainé les capitaux privés aussi facilement qu'en Angleterre et en Hollande, et la crise de l'affaire Law jeta sur elles un discrédit certain.

 Renouveau des compagnies coloniales à la fin du XIXe siècle. Léopold II, « colonisant » à titre personnel, doit, pour agir, passer par l'intermédiaire des sociétés qu'il fonde : Association internationale pour l'exploration et la civilisation en Afrique (1876), Comité d'études du Haut-Congo (1878) et Association internationale du Congo (1879).

 L'expansion britannique : Royal Niger Company, Imperial British East Africa Company, British South Africa Chartered (la Chartered de Cecil Rhodes), British North Borneo Company...

 En Afrique noire, la France pratique aussi, à la même époque, le système des compagnies, qui sont plutôt des sociétés de commerce et d'exploitation, liées à l'économie de traite et auxquelles l'État, qui théoriquement demeure souverain, peut octroyer de très vastes concessions.

 L'Allemagne est devenue un État unifié et une puissance économique alors que le partage du monde était déjà très avancé. Dans ces conditions, les compagnies privées présentaient pour Bismarck de grands avantages. Elles coûtaient à l'État moins cher que la colonisation officielle et risquaient moins (on pouvait toujours les désavouer) de provoquer des conflits avec les autres puissances coloniales. A l'origine des colonies africaines de l'Allemagne, compagnies à charte.

 Le Canada français devient, dès 1663, une colonie de la Couronne dont l'administration est copiée sur celle de la métropole et dont le régime social demeure de nature seigneuriale : vastes domaines, grande importance des biens d'Église, paysans « engagés », liés aux « seigneurs ». Les colonies anglaises d'Amérique ont, à l'origine, des statuts très divers. Il y a des colonies de « pleine propriété » (comme le Maryland, fondé en 1632 par lord Baltimore) et des colonies à charte (comme la Compagnie de Virginie).

Ces pratiques coloniales sont alors liées au principe du mercantilisme qui veut que la puissance d'une nation se mesure à la quantité de monnaie qu'elle détient. Chaque État cherche à s'assurer le monopole du commerce colonial à son profit ou au profit des compagnies privilégiées. C'est le régime de l'« exclusif », appelé « pacte colonial ». En Angleterre, après l'Acte de navigation de 1651, le texte essentiel est le Covenant Act de 1660. « Aucune marchandise, aucun produit ne peut être apporté des colonies ou vers les colonies que sur des navires anglais ou construits dans les colonies ou leur appartenant, sous peine de confiscation. » En France, mêmes relations entre les colonies et la métropole. L'« exclusif » domine encore pour l'essentiel au XVIIIe siècle. En 1767, Choiseul rappelle que les « colonies fondées par les diverses puissances de l'Europe ont toutes été établies pour l'utilité de la métropole ». C'est la raison pour laquelle l'intérêt se porte alors avant tout vers des territoires aux ressources complémentaires. D'où le développement des plantations de sucre, de tabac, de coton, d'indigo ou de café. Tout est subordonné à l'essor de ces plantations. Les premiers conquérants européens avaient procédé au pillage des territoires découverts. Désormais, une exploitation plus systématique s'impose qui provoque un fructueux trafic d'esclaves, surtout organisé par les Français, les Hollandais et les Anglais. Il était également interdit aux colonies de développer leur production industrielle dans la mesure où elle pouvait concurrencer celle de la métropole. Grâce à la colonisation, des capitaux ont été accumulés dont l'abondance devait être un des facteurs de la révolution industrielle.

La crise du premier système colonial

 A la fin du XVIIIe siècle apparaissent les premiers signes d'une crise des méthodes coloniales. Les Antilles anglaises connaissent des difficultés. Le prix de revient du sucre monte, car, les sols ayant été épuisés par une exploitation intense et mal dirigée par des planteurs résidant le plus souvent à Londres, il faut désormais une main-d'œuvre plus nombreuse et davantage d'engrais. Les Antilles françaises résistent mieux, et le sucre qu'elles produisent peut être vendu jusqu'à 40 % moins cher. Les colons de la Nouvelle-Angleterre vont acheter mélasses et rhums aux Antilles françaises qu'ils fournissent en grains, viandes, navires et matériaux de construction. Les marchands des Antilles anglaises achètent en contrebande des sucres français pour les revendre au prix fort sur le marché de Londres. Les lobbies coloniaux anglais font renforcer les mesures protectionnistes. Mais le système même de l'exclusif est en train de craquer. L'obstination à le maintenir est une des causes de la formation des États-Unis.

 Dans le même temps, l'Angleterre est bouleversée par la révolution industrielle. Dès lors, le problème de la colonisation commence à se poser en termes nouveaux. Certains produits coloniaux vont progressivement perdre de leur intérêt, soit parce qu'on découvre des produits de substitution (plantes tinctoriales), soit parce qu'ils sont concurrencés en Europe même (sucre de betterave contre sucre de canne), soit parce qu'une évolution s'est produite dans l'alimentation (épices). Par contre, l'industrie réclame en plus grande quantité certaines matières premières comme le coton, et bientôt les oléagineux. Sous l'influence de ces impératifs économiques, la colonisation s'oriente de plus en plus vers la recherche de débouchés commerciaux pour la vente de produits manufacturés ou la quête de matières premières. Il faut aussi tenir compte des répercussions de la Révolution française dans les colonies. Le recul de l'esclavage, l'interdiction de la traite, puis de l'esclavage lui-même, bouleversent l'infrastructure sociale des colonies de plantations. C'est l'agonie d'un système né avec les grandes découvertes et organisé au cours des deux siècles qui les ont suivies.

Ses colonies d'Amérique étant définitivement indépendantes à dater de 1826, il ne reste plus à l'Espagne que Cuba, Porto Rico, les Philippines et quelques territoires épars. Le Portugal a perdu le Brésil. Il ne garde plus que des comptoirs en Guinée, dans le Mozambique, et quelques bases asiatiques comme Goa et Macao.

 La Hollande, au contraire, consolide économiquement ses positions coloniales et, dans les Indes néerlandaises, le système des cultures obligatoires et du travail forcé instauré par Van den Bosch ne sera aboli complètement qu'après 1870.

 Avec l'assaut général contre le principe du monopole, les grandes compagnies ont disparu ou sont menacées, sous leur forme traditionnelle. La Révolution de 1789 les a supprimées en France, et son contrecoup a provoqué la fin de la compagnie hollandaise, déjà affaiblie par une crise interne. La compagnie anglaise tiendra jusqu'en 1858, mais ses pouvoirs ont été progressivement grignotés. Le temps de ce type de monopole est révolu, celui du libéralisme débute, entraînant une révision de la politique coloniale.

 Jusqu'après 1870, cette politique est hésitante. C'est une longue période de transition entre la phase mercantiliste de la colonisation et la phase impérialiste. Le courant expansionniste continue. Sur le plan économique, les gouvernements s'engagent progressivement dans la voie de la libération du commerce colonial. En 1825, le ministre anglais du Commerce, Huskisson, autorise toutes les nations à commercer avec les possessions britanniques, quels que soient les bateaux utilisés, à charge de réciprocité, ce qui, en raison de son avance industrielle et maritime, ne peut être que bénéfique pour l'Angleterre. Pour ses colonies de peuplement, l'Angleterre s'oriente vers le self-government.

Après la révolte des Cipayes (1858), Londres renonce, en supprimant définitivement la Compagnie des Indes orientales, à la politique systématique d'occidentalisation qui avait été poursuivie sur les conseils de Macaulay.

 La Russie abandonne ses bases sur la côte américaine du Pacifique en vendant, en 1867, l'Alaska aux États-Unis.****

07

 O TRATADO DE TORDESILHAS. Autor: José Ferreira. Universidade Livre de Lisboa 

  http://www.fcsh.unl.pt/cham/eve/content.php?printconceito=1120

Celebrado a 7 de Julho de 1494, na cidade que lhe deu nome, o Tratado de Tordesilhas representou um momento chave da diplomacia ultramarina das Coroas ibéricas. Pela sua assinatura foi partilhada, entre a Monarquia Hispânica e o Reino de Portugal, a influência sobre os espaços atlânticos, pondo fim a um processo negocial que se arrastara desde o regresso de Cristóvão Colombo da sua primeira viagem de exploração, em 1493.

 A assinatura do Tratado de Tordesilhas decorreu de uma conjuntura em que, na última década do século XV, se acentuou a rivalidade entre os reinos ibéricos pelo controlo dos espaços ultramarinos. Esta conjuntura veio alterar o paradigma estabelecido pelo Tratado de Alcáçovas (1479), através do qual havia sido reconhecida a soberania portuguesa sobre as terras descobertas e por descobrir a sul das ilhas Canárias.

 Se, na década de 1470, a disputa luso-castelhana decorrera devido ao comércio do golfo da Guiné, na década de 1490, esta advinha da competição pelo estabelecimento de relações comerciais, políticas e diplomáticas com o Oriente. Esta rivalidade na tentativa de alcançar as míticas riquezas da Índia, do Cataio (China) e do Cipango (Japão) orientou-se em torno de dois projectos paralelos.

 O monarca português D. João II corporizava um projecto imperial de expansão ultramarina, conduzido por uma lógica política própria, integrando diversas frentes e espaços, mas focalizado na descoberta de uma passagem marítima para o Índico através da exploração da costa africana em direcção a sul. Após a viagem de Bartolomeu Dias que, entre 1487 e 1488, conseguiu dobrar o cabo da Boa Esperança, o projecto joanino orientou-se no sentido de alcançar a Índia através desta rota.

 Por sua vez os Reis Católicos, Fernando e Isabel, escutavam as ideias de exploração de Cristóvão Colombo. Este apresentava um projecto de alcançar o Oriente rumando a oeste, seguindo as ideias defendidas pelo matemático e astrónomo florentino Paolo Toscanelli.

 O projecto de Cristóvão Colombo, que tentou sem sucesso conseguir o apoio de D. João II, apresentava à Monarquia Hispânica a possibilidade de alcançar as riquezas orientais, de acentuar o seu prestígio politico-diplomático e de, face a Portugal, compensar a sua exclusão do comércio africano, ditada pelo Tratado de Alcáçovas, e contrariar os projectos de D. João II.

 Desta forma, com a tomada de Granada e o fim da Reconquista, em Janeiro de 1492, e perante uma conjuntura externa favorável, a Coroa Castelhana apoiou a viagem de Colombo.

 Esta viagem, primeira das quatro que o navegador protagonizaria ao Atlântico Ocidental, culminou com a descoberta de ilhas até então desconhecidas, consideradas por Colombo como prenúncio do continente asiático. A descoberta teve um impacto imediato nas disposições do Tratado de Alcáçovas, baseado nas quais D. João II, que recebeu o regressado Cristóvão Colombo em 9 de Março de 1493, apresentou imediatamente a sua reclamação de soberania sobre estes territórios.

 Iniciou-se, desta forma, um intenso processo de negociações triangulares, integrando as cortes portuguesa e hispânica e a cúria papal que, sob o valenciano Alexandre VI, se mostrou favorável às pretensões dos Reis Católicos.

 Estes, perante a posição portuguesa de manutenção do paralelo de Alcáçovas que deveria ser estendido de forma a incluir as terras descobertas a Ocidente, alegaram que o tratado anterior apenas se referia à costa da africana e não poderia abarcar a nova descoberta. Desta forma moveram-se no sentido de verem reconhecidos os seus direitos sobre as ilhas ocidentais e quaisquer outras terras que viessem a ser alcançadas, que lhes foram concedidos pela bula Inter Caetera, de 3 de Maio de 1493.

 A intransigência portuguesa em reconhecer esta soberania levou ao continuar das pressões diplomáticas castelhanas, quer junto da Coroa portuguesa, quer junto do papado. Esta pressão originou a promulgação de novas bulas entre as quais a Eximiae Devotionis e a Piis Fidelium, relacionadas com concessões, graças e isenções de cariz religioso e evangelizador, e sobretudo de uma nova bula Inter Caetera, concluída a 28 de Junho de 1493 mas antedatada de 4 de Maio, que decretava uma divisão do oceano entre as Coroas, através de um meridiano que passasse 100 léguas a ocidente dos arquipélagos atlânticos dos Açores e Cabo Verde. Esta delimitação, aconselhada pelo próprio Colombo, levaria a que todas as terras a ocidente deste meridiano fossem colocadas sob a soberania castelhana. Uma quarta bula, a Dudum Siquidem, de 26 de Setembro de 1493, revogava todos os privilégios portugueses nos mares do Sul.

 Simultaneamente, temendo uma antecipação portuguesa na exploração dos territórios ocidentais, partia uma reforçada expedição castelhana para o Atlântico ocidental, comandada novamente por Cristóvão Colombo. As medições realizadas ao longo desta viagem permitiram a elaboração de uma carta náutica, entregue aos monarcas espanhóis em Abril de 1494, que viria a influenciar a atitude dos negociadores Castelhanos do Tratado de Tordesilhas. Face a esta ofensiva, D. João II reagiu protagonizando uma escalada diplomática e militar, fortificando as regiões fronteiriças e reforçando as ligações diplomáticas com a França, num período em que as relações deste Reino com a Monarquia Católica se agravavam.

 Por fim, em inícios de 1494, D. João II propôs aos Reis Católicos a realização de conversações bilaterais para sanar a disputa. Fernando e Isabel, convencidos que Colombo havia alcançado a Ásia, pretendiam o reconhecimento português da sua soberania, enquanto D. João II tentava garantir o domínio exclusivo da rota do Cabo, salvaguardando a sua influência no Atlântico Sul. Esta situação levou ao arrastar das negociações perante a exigência portuguesa de que o meridiano limítrofe se localizasse não a 100, mas a 370 léguas a ocidente do arquipélago de Cabo Verde. D. João II mostrou-se intransigente nesta sua exigência, recusando as tentativas de compromisso que apontavam para 270 ou 350 léguas.

 A intransigência do monarca, nominalmente justificada pela necessidade de garantir a segurança da viagem de regresso do Cabo, que exigia uma volta ao largo pelo alto mar, poderia igualmente estar relacionado com suspeitas, ou mesmo com o conhecimento, da existência de ilhas ou terra firme no Sudoeste do Atlântico. A Coroa portuguesa garantiria assim, através das 370 léguas, uma posição estratégica no Atlântico Sul, salvaguardando o monopólio da rota do Cabo. Por seu lado, a Coroa Hispânica, conforme os dados que recebera da segunda viagem de Colombo, sabia que a cedência não punha em causa a segurança das suas reclamações sobre os territórios recém-descobertos nas Antilhas.

 A exigência portuguesa foi aceite, ficando consagrada no primeiro tratado assinado em Tordesilhas no dia 7 de Junho de 1494 pelos emissários de ambos os Reinos. No segundo tratado, assinado em seguida, eram acertadas questões paralelas, com algumas cedências que facilitaram a concessão castelhana em relação ao meridiano divisório. Foram neste tratado ajustadas as fronteiras territoriais no Norte de África e os direitos de pesca na região do Cabo Bojador, sendo igualmente consagrada a garantia dada por D. João II de que D. Manuel, duque de Beja e primo de Isabel de Castela, seria o seu herdeiro em vez do filho bastardo, D. Jorge. Tentavam desta forma os Reis Católicos garantir a sua influência junto do futuro rei de Portugal.

 As disposições acordadas em Tordesilhas foram ratificadas pelos Reis Católicos a 2 de Julho e por D. João II em 5 de Setembro. A aprovação papal apenas foi pedida já no reinado de D. Manuel, tendo sido concedida através da bula Ea quae pro bono pacis, de 1506. No entanto as disputas em torno da localização precisa da linha de demarcação mantiveram-se ao longo das décadas, com reivindicações diferentes de parte a parte entre as quais se destaca a disputa pela posse das Molucas, na primeira metade do século XVI, na sequência da qual a linha de Tordesilhas ganhou a dimensão de verdadeiro meridiano. De facto uma das cláusulas estipuladas pelo tratado fora a organização de uma armada conjunta que pudesse explorar o Oceano e definir com exactidão o semi-meridiano. No entanto os portugueses nunca se mostraram interessados em efectivar esta cláusula, até porque os debates sobre como medir a longitude eram constantes mas pouco profícuos, preferindo manter a indefinição e explorar unilateralmente os mares do sul.

 Por via do Tratado de Tordesilhas foi regulada a rivalidade Ibérica ao nível da expansão ultramarina, tendo significado uma verdadeira divisão dos espaços extra-europeus atlânticos em zonas de influência partilhadas pelas duas Coroas ibéricas. A sua importância viria a ser diminuída pela entrada em cena de outros reinos europeus, que começaram progressivamente a contestar a hegemonia ibérica. Contudo, para Portugal, o Tratado representou uma garantia do seu monopólio sobre a rota do Cabo tal como, a partir de 1500, possibilitou a soberania portuguesa sobre o Brasil.

 Os princípios consagrados por Tordesilhas mantiveram a sua validade na arbitragem das disputas luso-espanholas na América latina até à sua efectiva revogação pelo Tratado de Madrid (1750) e de Santo Ildefonso (1777), que fixaram as fronteiras do Brasil com as colónias espanholas, que se mantiveram, com algumas alterações, até à actualidade.

Bibliografia:

 ALBUQUERQUE, Luís de, O tratado de Tordesilhas e as dificuldades técnicas da sua aplicação rigorosa, Lisboa, Junta de Investigações do Ultramar, 1973. COUTO, Jorge, A Construção do Brasil, Lisboa, Edições Cosmos, 1997. Fonseca, Luís Adão da, D. João II, Lisboa, Circulo de Leitores. MORALES PADRÓN, Francisco, Historia del descubrimiento y conquista de América, Madrid, Ed. Nacional, 1981. O Testamento de Adão, coord. Francisco Faria Paulino, Lisboa, C.N.C.D.P., 1994.THOMAZ, Luís Filipe, “O projecto imperial Joanino” in De Ceuta a Timor, Lisboa, Difel, 1998. VARELA MARCOS, Jesús, “La Cartografia Colombina del Nuevo Mundo” in El Tratado de Tordesillas en la cartografia histórica, coord Jesús Varela Marcos, Valladolid, Sociedad V Centenario del Tratado de Tordesillas, 1994, pp. 351-369.    Autor: José Ferreira 

   09

 LAS CINCO  BULAS DE DONACIÓN DEL PAPA ALEJANDRO VI A LOS REYES DE CASTILLA

 Alejandro VI, Papa en 1492, favoreció la exclusividad de Portugal y España para sus rutas hacia África y América.

La llegada de Cristóbal Colón a América causó más que una molestia en Portugal, pues según su rey Juan II se había pasado a llevar el tratado de Alcaçovas-Toledo. Los españoles, por su parte, argumentaban no haber violado dicho tratado, pues Colón no había invadido el espacio marítimo situado al sur de las Canarias al navegar hacia el oeste. Se sucedieron entonces las reuniones diplomáticas, pero sin resultados. En 1493, los Reyes Católicos acudieron al papa Alejandro VI, para que mediara y pusiera fin a la controversia que se había generado.

A partir de mayo del mismo año, el papa dictó cinco bulas conocidas como las Bulas de Donación a los Reyes de Castilla. Tal como señalan Charles Verlinden y Florentino Pérez-Embid, "en ellas Alejandro VI hizo a Fernando e Isabel, reyes de Castilla, la donación de las tierras que acababan de ser descubiertas, la concesión allí de privilegios como los ostentados por los reyes portugueses en su zona africana, y sobre todo mandaba que la partición de zonas se hiciera por medio de una raya vertical a cien leguas de las Azores y Cabo Verde". Al mismo tiempo, estas bulas de Alejandro VI constituyeron el último gran acto de soberanía universal del pontificado romano. A grandes rasgos, las bulas estipulaban lo siguiente:

1) Bula Inter coetera (3 de mayo de 1493): donó a los Reyes Católicos las tierras situadas al occidente que no pertenecieran a otros príncipes cristianos.

2) Bula Eximiae devotionis (3 de mayo de 1493): ratificó y clarificó las concesiones hechas a los Reyes de Castilla por la bula anterior.

3) Segunda Bula Inter coetera (4 de mayo de 1493): fijó una línea demarcatoria entre los territorios pertenecientes a España y Portugal, situada a cien leguas al oeste de las islas Azores y Cabo Verde. Dado que la latitud de ambos archipiélagos es diferente, la línea no era derecha y no se podía utilizar un meridiano para precisar la demarcación. Ello daría origen al Tratado de Tordesillas de 1494.

4) Bula Piis fidelium (25 de junio de 1493): concedió a fray Bernardo Boil amplias facultades espirituales, a quien los reyes luego enviaron a encabezar la evangelización en el Nuevo Mundo.

5) Bula Dudum siquidem (26 de septiembre de 1493): precisó el dominio castellano sobre las tierras que se descubriesen más allá de las encontradas por Colón.

http://www7.uc.cl/sw_educ/historia/expansion/HTML/p2503.html

 10=   EVOLUÇÃO HISTÓRICA DO DIREITO BRASILEIRO : O SÉCULO XVI

Carlos Fernando Mathias de Souza

Vice-presidente do Tribunal Regional Federal da 1ª Região e professor-titular da Universidade de Brasília.

Evolução histórica do Direito brasileiro: O século XVI . Toda divisão da história em períodos, a rigor, implica sempre certo arbítrio. Com relação à história do Direito, não poderia ser diferente. A propósito, Raymond Monier, em seu Manual Elementar de Direito Romano, observa que ‘‘uma divisão da história em períodos apresenta algo arbitrário, e é preciso reconhecer que não existe sincronismo rigoroso entre os acontecimentos políticos, a evolução dos costumes e as transformações do Direito’’.

Outra questão também muito importante, passando pelo tema, é a de saber qual critério a adotar para tal divisão. Assim, quando se utiliza do critério meramente cronológico, os riscos do mencionado arbítrio são maiores, ao que se deve agregar ainda tratar-se de divisão muito imprecisa. É, contudo, uma opção, ao menos, prática.

Quando se fala em História do Direito Brasileiro, considera-se que, até as duas primeiras décadas do séc. XIX, essa história se confunde com a História do Direito Português ou, simplesmente, constitui parte dela. No caso do Direito Português, ao tempo do Brasil colonial, tem-se que havia um direito geral luso, válido em todo reino; um colonial, válido para as colônias que constituíam o império, e outro especial, destinado à colônia da Terra de Santa Cruz.

Quando se pretende abordar o Direito brasileiro no século XVI, melhor dir-se-ia o Direito no Brasil, em tal período, passa-se, necessariamente, pelas ordenações Manuelinas e Afonsinas, a primeira legislação relativa ao Brasil (a legislação eclesiástica, a legislação civil e as leis extravagantes), o regime das capitanias hereditárias e o do governo geral. Impõe-se, ainda, um registro sobre o antecedente Tratado de Tordesilhas (7.6.1494).

Importante notar que, ao ser descoberto o Brasil (22 de abril de 1500), vale dizer, quando avistado ‘‘um grande monte muito alto e redondo’’, que levou o nome de Monte Pascoal (por que o calendário litúrgico indicava as oitavas da Páscoa cristã), parte dele já pertencia a Portugal, por efeito do referido Tratado.

Pela ‘‘Capitulação da Partição do Mar Oceano’’, que foi o nome oficial do tratado em destaque, em síntese, admitidas foram duas linhas demarcatórias, a saber: caso a Espanha descobrisse novas terras a Oeste (até 20 de junho de 1494), a linha passaria a 250 léguas da ilha de Cabo Verde; na hipótese em contrário (como de fato ocorreu). passaria a 370 léguas.

Essa linha (um meridiano) imaginária, evidentemente, seria considerada a Oeste do arquipélago de Cabo Verde e, a partir daí. o que ficasse a Leste seria português e a Oeste dos

castelhanos. Naturalmente, muitos problemas adviriam daí, a começar pela demarcação ajustada, que nunca se efetivou.

No Direito Geral Português, vigoravam as Ordenações Afonsinas (que vigeram de 1446 a 1514), substituídas pelas Ordenações Manuelinas, tendo como Direito subsidiário o Direito Romano, o Direito Canônico e o Direito Consuetudinário, além das leis avulsas, mais particularmente as extravagantes. As Ordenações Afonsinas tomaram essa denominação porque, muito embora essa compilação do direito lusitano tenha-se iniciado ao tempo de João I (1385—1433), a obra só se completou em 17 de julho de 1446, já ao tempo de Afonso V.

Tiveram essas ordenações por fonte coleções das leis gerais portuguesas, como o livro das leis e posturas e as Ordenações de d. Duarte; as resoluções das Cortes (algo como um parlamento); os usos e costumes (os costumes propriamente ditos, e os foros, as façanhas, as respostas e os estilos); o Direito Foralício; o Direito Romano; o Direito Canônico, e a Lei das Setes Partidas de Afonso de Castela, que eram assim designadas por que divididas em sete livros, cada um tratando de matéria específica.

A propósito, registre-se que os foros referidos, constituíam privilégios e imunidades, válidos somente em determinados sítios; as façanhas eram as decisões dos juízes municipais; as respostas expressavam os pareceres dos jurisconsultos, e os estilos eram as regras que deveriam ser respeitadas nos processos em curso na Casa da Suplicação de Lisboa (a mais alta corte de justiça do reino).

As Ordenações Afonsinas (1446), no que seria seguida pelas Manuelinas (1514) e estas pelas Filipinas (1603), eram divididas em cinco livros e, por certo, os compiladores inspiraram-se, na ordem das matérias, na Lei das Doze Tábuas (séc. V. a.C) e no Edito de Sálvio Juliano (séc. II, d.C). Quanto à primeira legislação relativa ao Brasil, como já referido, forçoso é assinalar a legislação eclesiástica, a legislação civil e as leis extravagantes.

Das primeiras, recordem-se as bulas dos papas Julio II (de 24 de janeiro de 1506) confirmando a el-rei Manuel, na qualidade de grão-mestre da Ordem de Cristo e soberano de Portugal, os direitos sobre terras brasileiras, nos estritos limites do estabelecido na Capitulação da Partição do Mar Oceano, mais conhecida como Tratado de Tordesilhas, que seria confirmada por outra, do papa Leão X.

Em face de muitas restrições de potências européias de então, houve a necessidade de outra bula, editada em 1551 pelo papa Júlio III, pela qual o Brasil ficaria unido à coroa e ao domínio dos reis de Portugal, como grão-mestres e perpétuos administradores da Ordem de Cristo. Como primeiros atos legislativos, promanados da coroa lusitana (abstraindo-se contrato de arrendamento feito com Fernando de Noronha), têm-se dois alvarás de Manuel I, em 1516, e três cartas-régias de João III, datadas de 20 de novembro de 1530.

Os alvarás, como se recorda, eram diplomas legais que continham disposições cujo efeito, em regra, não deveria durar mais de um ano; já as cartas-régias eram documentos com força de lei dirigidos a certas autoridades ou a determinadas pessoas, contendo medidas de caráter geral e quase sempre, permanentes.

Sob o aspecto formal, as cartas-régias iniciavam-se com a fórmula: ‘‘Eu el-Rei vos envio muito saudar’’ e, ao seu término, constava a rubrica do monarca. Pelos alvarás de 1516, Manuel I determinaria medidas da maior importância. No primeiro, dirigido à Casa da Índia (um dos mais importantes órgãos da administração colonial, sabido que somente em 1642 os vários setores encarregados da administração da colônia seriam unificados em um só: o conselho ultramarino), que se fornecessem ‘‘machados e enxadas e toda mais ferramenta às pessoas que fossem povoar o Brasil’’. Já, pelo segundo, ordenava el-Rei que o feitor e oficiais da Casa da Índia ‘‘procurassem e elegessem um homem prático e capaz de ir ao Brasil dar princípio a um engenho de açúcar; e se lhe desse sua ajuda de custo, e também todo o cobre e ferro e mais coisas necessárias’’ para tal objetivo.

O ‘‘homem prático e capaz’’ escolhido foi Martim Afonso de Sousa e a ele, naturalmente, foram dirigidas as três cartas-régias de 20 de novembro de 1530.

Carlos Fernando Mathias de Souza. Vice-presidente do Tribunal Regional Federal da 1ª Região e professor-titular da Universidade de Brasília.  *CORREIO BRAZILIENSE, 03/ 06/ 2002 *

 

 

 

 

 

 


 







Ċ
Darcy Carvalho,
24 de fev de 2014 08:44
Ċ
Darcy Carvalho,
24 de fev de 2014 05:57
Ċ
Darcy Carvalho,
24 de fev de 2014 10:28
Comments