02 STUDIES ON THE SLAVIC PEOPLES AND THEIR LANGUAGES

STUDIES ON THE SLAVIC PEOPLES AND THEIR LANGUAGES. PROF. DR. DARCY CARVALHO. FEAUSP. SÃO PAULO. BRAZIL. 2014/2019

СЛАВЯНСКИЕ ЛЮДИ И ИХ ЯЗЫКИ. THE SLAVS AND THEIR LANGUAGES

More than fifteen nationalities from Central and Eastern Europe are defined as Slavs. Michel Kazanski sheds light on the origin and ancient history of the early Slavs who, from the fifth century of our era, were grouped in farming communities under the authority of a chief. Its proximity to the Roman Empire of the East was the pretext for many clashes that contributed to Slavic economic and cultural progress, as revealed by the birth of a Slav civilization in the tenth century and its development in multiple distinct entities as we know them today. A huge territory, a considerable historical role. Today, the Slavs represent the first European language group with 268 million speakers. It is divided into three main branches: the Western Slavs - Czechs, Poles, Slovaks, Kashubs, Serbs Loujitse - Eastern Slavs - Russians, Belarusians, Ukrainians - and Southern Slavs - Bulgarians, Serbs, Bosnians, including Muslims and Montenegrins, Croats , Macedonians, Slovenians. The Slavs occupy an immense territory in Central and Eastern Europe. However, although its role in world history has been very important, sometimes decisive, the ancient history of the Slavs is very little known in Western Europe. The ancient authors, in fact, did not know them very well. In fact, the Slavs lived in ancient times far from the borders of the Greco-Roman world. The ancient sources written about this large part of non-Mediterranean Europe are therefore almost non-existent. Moreover, we can not understand the origin of the Slavs without recourse to the essential contribution of linguistics and archeology..

Mais de quinze nacionalidades da Europa Central e Oriental são definidas como eslavas. Michel Kazanski lança luz sobre a origem e a história antiga dos primeiros eslavos que, a partir do quinto século de nossa era, foram agrupados em comunidades agrícolas sob a autoridade de um chefe. Sua proximidade com o Império Romano do Oriente, foi o pretexto para muitos confrontos, constituída para o progresso económico e cultural eslavos que revela o nascimento de uma civilização eslava no século X e seu desenvolvimento em múltiplas entidades específicas distintas, como as conhecemos hoje.

Um território enorme, um papel histórico considerável

Hoje, os eslavos representam o primeiro grupo lingüístico europeu com 268 milhões de falantes. É dividido em três ramos principais: os eslavos ocidentais - tchecos, poloneses, eslovacos, kashubs, sérvios Loujitse - os eslavos orientais - russos, bielorrussos, ucranianos - e os eslavos do sul - búlgaros, sérvios, bósnios, incluindo muçulmanos e montenegrinos, croatas, macedônios, eslovenos. Os eslavos ocupam um imenso território na Europa Central e Oriental. No entanto, embora o seu papel na história mundial tenha sido muito importante, por vezes decisivo, a história antiga dos eslavos é muito pouco conhecida na Europa Ocidental. Os autores antigos, na verdade, não os conheciam muito bem. De fato, os eslavos viviam nos tempos antigos longe das fronteiras do mundo greco-romano, As antigas fontes escritas sobre esta grande parte da Europa não mediterrânica são, portanto, quase inexistentes. Além disso, não podemos entender a origem dos eslavos sem recorrer à contribuição essencial da lingüística e da arqueologia.

LES SLAVES, DES ORIGINES AUX PREMIERES PRINCIPAUTES. MICHEL KAZANSKI. DIRECTEUR DE RECHERCHE AU CNRS

https://www.clio.fr/bibliotheque/les_slaves_des_origines_aux_premieres_principautes.asp

Plus de quinze nationalités de l'Europe centrale et orientale sont définies comme slaves. Michel Kazanski nous éclaire sur l'origine et l'histoire ancienne des premiers Slaves qui, dès le Ve siècle de notre ère, étaient regroupés dans des communautés agricoles sous l'autorité d'un chef. Leur voisinage avec l'Empire romain d'Orient, s'il fut le prétexte à de nombreux heurts, constitua pour les Slaves un progrès économique et culturel qui permet de constater la naissance d'une civilisation slave dès le Xe siècle et son développement en de multiples entités spécifiques distinctes telles que nous les connaissons aujourd'hui.

Un territoire immense, un rôle historique considérable

Aujourd'hui, les Slaves représentent le premier groupe linguistique européen avec 268 millions de locuteurs. Celui-ci se divise en trois branches principales : les Slaves occidentaux – Tchèques, Polonais, Slovaques, Kachoubes, Serbes de Loujitse –, les Slaves orientaux – Russes, Biélorusses, Ukrainiens – et les Slaves méridionaux – Bulgares, Serbes, y compris les Bosniaques musulmans et les Monténégrins, Croates, Macédoniens, Slovènes. Les Slaves occupent un immense territoire en Europe centrale et orientale. Pourtant, si leur rôle dans l'histoire mondiale fut très important, parfois décisif, l'histoire ancienne des Slaves est très peu connue en Europe occidentale. Les auteurs anciens, il est vrai, ne les connaissaient guère. En effet, les Slaves habitaient à l'époque antique fort loin des frontières du monde gréco-romain, les sources écrites antiques sur cette grande partie de l'Europe non méditerranéenne sont donc presque inexistantes. Aussi, ne peut-on comprendre l'origine des Slaves sans recourir à l'apport essentiel de la linguistique et de l'archéologie.

La question des origines : témoignages écrits…

Toutes les langues slaves ont gardé des liens étroits de parenté entre elles, ce qui signifie que leur différenciation ne s'est effectuée que dans un passé relativement proche. Par exemple, Polonais et Tchèques parlaient encore pratiquement la même langue au XIVe siècle. De la même manière, l'ensemble des Slaves orientaux étaient considérés, à l'époque médiévale, comme Russes, sans autre distinction. Ces conclusions apportées par la linguistique ont incité les historiens à supposer l'existence, jusqu'au début du Moyen Âge, d'une zone compacte peuplée de Slaves ou de leurs ancêtres directs, les Proto-Slaves. Ceux-ci auraient eu une même langue, une culture matérielle et spirituelle commune ainsi que des structures sociales comparables. D'après les travaux des linguistes, les Slaves appartiennent à la famille des peuples indo-européens. Leurs plus proches parents linguistiques sont les Baltes – Lithuaniens et Lettons d'aujourd'hui. On suppose même l'existence, dans l'Antiquité, d'une zone commune de continuité linguistique balto-slave. En effet, dans leurs relations avec les langues baltes, les langues slaves apparaissent comme une modification relativement tardive là encore. D'autre part, les langues slaves portent des traces évidentes de contacts avec les anciennes populations iranophones de la steppe russo-ukrainienne : Scythes et Sarmates. Ainsi, il faut chercher « la patrie » des Slaves quelque part en Europe orientale entre les pays Baltes d'aujourd'hui, au sud-est de la mer Baltique et les steppes des bords de la mer Noire.

Les témoignages écrits les plus anciens sur les Slaves, ou leurs ancêtres directs, semblent confirmer cette hypothèse. L'auteur romain Tacite mentionne, vers 98 après J.-C., des Vénèthes (Venethi), un peuple qu'il situe à la frontière entre le monde germanique sédentaire d'Europe centrale et celui des nomades sarmates de la steppe d'Europe orientale. Tacite ne savait pas à quel peuple rattacher ces Vénèthes : d'une part ceux-ci sont sédentaires et se battent à pied, comme les Germains, mais d'autre part ils ont un penchant regrettable pour le brigandage, comme les Sarmates. Pratiquement tous les chercheurs s'accordent sur le fait qu'il s'agit là du texte le plus ancien évoquant les Slaves, même si à l'époque antique existaient un certain nombre de peuples non slaves désignés par des noms semblables, comme les Vénèthes de l'Anatolie, ceux de la mer Adriatique ou encore ceux de la Bretagne. Cependant, Jordanès, auteur du VIe siècle de notre ère, confirme clairement que ces Vénèthes d'Europe orientale ne sont autres que les Slaves ; d'ailleurs, à l'époque médiévale, les Allemands et les Finnois donnaient encore ce même nom de Vénèthes à leurs voisins slaves.

…et vestiges archéologiques

Une série des sites archéologiques, dits de « la civilisation de Zarubincy tardive » – d'après le nom du village ukrainien près de Kiev, où l'on a trouvé ses premiers vestiges – ou « post-Zarubincy » sont attribués à ces Vénèthes dont parle Tacite. Ces sites ont été mis au jour dans le bassin du Dniepr, en Ukraine septentrionale, ainsi que dans les régions limitrophes de Biélorussie et de Russie. Il s'agit d'habitats non fortifiés, qui se caractérisent par une courte durée d'occupation. Ils comportent, en outre, de petits cimetières contenant des tombes à incinérations – avec les restes de crémation des défunts. Le caractère temporaire des sites de « post-Zarubincy », ainsi que les traces nettes de l'expansion de cette population vers le nord, dans la région du haut Dniepr, en Biélorussie, et de la haute Oka, en Russie centrale, confirment le témoignage de Tacite sur la grande mobilité des Vénèthes, comme sur leur capacité à mener des raids lointains. Les données archéologiques montrent qu'au début de notre ère la civilisation des Vénèthes englobe différents éléments culturels, originaires de l'Europe centrale celtisée et germanisée, ainsi que d'autres, typiques des populations de la zone forestière de l'Europe orientale. Cette hétérogénéité prouve que la civilisation des ancêtres des Slaves est alors en pleine formation. Ce processus s'achève vers le IIIe siècle quand, dans le bassin du haut Dniepr apparaît une civilisation relativement homogène, dite de Kiev – car ses premiers sites se trouvent autour de la capitale ukrainienne – appartenant aux descendants directs des Vénèthes de Tacite, une population nombreuse ayant une mode de vie stable, basée sur l'agriculture. Leurs voisins au nord sont les peuples des zones forestières, finnois et baltes, et au sud les Sarmates et les Alains, deux peuples iranophones de la steppe russo-ukrainienne.

La domination gothique

Ce territoire, sur lequel se forment, à l'époque romaine, les futurs Slaves, est traversé par trois routes fluviales réunissant la mer Baltique et la mer Noire : la première celle qui passe par la Vistule, le Boug occidental et le Boug méridional, la deuxième passe par le Niemen, la Berezina et le Dniepr, et la troisième qui utilise la Dvina occidentale et le Dniepr. Ces fleuves servent de voies de communication et donc de migrations à l'ensemble des peuples de la région. C'est ainsi qu'une vague importante d'une population germanique arrive par la Vistule et le Bug occidental jusqu'au sud de l'Europe orientale à la fin du IIe et au début du IIIe siècle. Ces nouveaux venus entrent en contact avec les populations autochtones : Scythes et Sarmates du nord de la mer Noire, Daces, Gètes et Carpes du Danube inférieur ainsi que les Vénèthes du Dniepr. Tous ensemble, réunis sous l'égide des derniers arrivants, ils établissent une fédération de peuples barbares, connue dans les sources écrites comme étant celle des Goths. La culture archéologique qui lui correspond est dite de Tcherniakhov. Elle représente le résultat du mélange de toutes ces populations, sous le voile d'une forte influence culturelle romaine. Toutefois, la grande majorité des Vénèthes n'entre pas dans cette fédération gothique, leur territoire se trouvant plus au nord hors de sa zone de domination. Malgré cela, certains sites de la civilisation de Kiev – celle caractérisant les Vénèthes – ont livré des témoignages de contacts précoces avec la population germanique. Des habitats révélant une population mixte sont connus d'après les données archéologiques dans la zone frontalière entre les civilisations gothique et vénèthe. Les premiers contacts entre les Goths et les Vénèthes paraissent avoir été plutôt pacifiques. Mais, dès les années 330-360, le roi ostrogothique Hermanaric entame une série d'opérations militaires contre ses voisins, afin de prendre le contrôle des routes fluviales de l'Europe orientale. Les Vénèthes, nombreux mais mal organisés, plus aptes à la guérilla qu'aux batailles rangées, sont rapidement subjugués et intégrés au royaume de Hermanaric. Jordanès, qui relate les exploits du roi goth, précise bien qu'il s'agit des ancêtres des Slaves.

Le tournant des invasions hunniques : la « libération » des Slaves

Avec l'arrivée des Huns commence une nouvelle époque de l'histoire européenne, celle des grandes migrations. Leur irruption dans les steppes qui entourent la mer Noire dans les années 370 provoque la chute du royaume gothique et « libère » les Vénèthes de la domination de Hermanaric. Les Vénèthes, ou au moins une partie d'entre eux, se rallient aux Huns. On les désigne alors comme « les Antes », ce qui signifie les « alliés » en hunnique. Lorsque, à la fin du IVe siècle, le roi ostrogothique Vinitharius – littéralement, le massacreur de Vénèthes – tente de reconquérir ces derniers et de s'affranchir de la tutelle hunnique, il est écrasé par les Huns qui ne peuvent tolérer pareille révolte. Le récit de Jordanès sur cette guerre opposant aux Goths, les Antes et les Huns, est le seul témoignage direct sur les Slaves à l'époque hunnique. Il comporte pourtant de très riches renseignements. On constate à travers ce récit l'évolution importante de la société vénèthe par rapport au passé très proche du règne de Hermanaric. À présent, les Antes ne représentent plus une foule désorganisée, incapable d'affronter les Goths, mais ils parviennent à organiser une résistance sérieuse. On note la présence d'un roi – rex – Boz, à la tête des Antes, qui visiblement concentre entre ses mains le pouvoir central, à tel point que sa mort change – mais pour quelque temps seulement – le cours de la guerre. Ainsi, en quelques générations seulement, se dessine une union tribale, une « chefferie complexe » selon l'expression des ethnologues, qui désigne la réunion, sous l'autorité d'un chef commun d'une grande quantité de communautés, chacune dirigée par son propre chef.

Durant la seconde moitié du Ve siècle, les Slaves, profitant du départ des Goths vers l'ouest, quittent les forêts du Dniepr pour s'emparer des terres fertiles de la steppe boisée de l'Ukraine et de la Moldavie. Dans un second temps, vers le début du VIe siècle, ils gagnent les territoires au nord du Danube, en Roumanie actuelle et, d'autre part, ils s'installent sur le versant est et nord des Carpates, jusqu'au bassin de l'Elbe, en occupant les terres abandonnées par les Germains. Les Slaves se détachent ainsi de l'ancienne communauté balto-slave de la zone forestière pour migrer vers le sud et le sud-ouest. On peut considérer cet événement comme le point de départ de l'histoire des Slaves, en tant que groupe ethnique particulier. Sur la frontière danubienne de l'Empire romain d'Orient ils entrent, pour la première fois de leur histoire, en contact direct avec la civilisation classique, considérée alors comme la civilisation tout court. À partir de la première moitié du VIe siècle, les témoignages des auteurs byzantins sur les Slaves deviennent nombreux et précis. Désormais, les Slaves sont un élément incontournable de l'histoire européenne.

Sources écrites et questions d'étymologie

Le nom des Slaves proprement dit apparaît dans les sources écrites durant la première moitié du VIe siècle sous le calame de Procope de Césarée. Par la suite, les philologues se sont penchés sur le sens de ce mot. La première identification proposée, la plus facile aussi, avec le latin slavus, fut rapidement abandonnée en raison de l'apparition tardive de Slaves sur les marchés de Rome ainsi que du fait que les premiers Slaves ignoraient l'esclavage. On a ensuite proposé une étymologie rapportant le terme à slava, « la gloire », mais cette hypothèse ne s'imposa pas. Des savants polonais proposèrent également de relier le terme à la racine Skoak-Sklav, à rapprocher du latin cloaca, égout, marais. Les Slaves seraient donc les habitants des marais, reconstitution basée sur leur hypothétique habitat originel. Enfin, on a suggéré de rattacher le terme slave au russe slovo, « le verbe, la parole ». Cette hypothèse semble se vérifier puisque, aujourd'hui encore, les Russes nomment leurs voisins allemands nemtsy, « les muets » : les Slaves auraient donc été « Ceux qui parlent », une façon d'opposer culture et nature, à son profit bien entendu, dont l'ethnographie fournit de nombreux parallèles. Pour autant, le débat ne paraît pas clos.

Les auteurs byzantins et occidentaux attestent l'existence de deux grands groupes slaves. Le premier, celui des Sclavènes – les Slaves proprement dit – occupe alors le territoire au nord du Danube et autour des Carpates, sur le territoire de la Roumanie, de la Moldavie, de l'Ukraine, de la Pologne, de la Slovaquie et de la République tchèque actuelles. Le deuxième, celui des Antes, les anciens protégés des Huns, se situe dans la steppe forestière de la Moldavie et de l'Ukraine. Les contemporains soulignent leur étroite parenté culturelle et linguistique ainsi que leur origine commune. Il est très probable que d'autres groupes slaves vivent à cette époque dans la zone forestière située plus au nord, en Ukraine septentrionale, en Biélorussie et dans les régions limitrophes de la Russie, mais les auteurs anciens, ignorant tout de ces territoires, ne nous en parlent pas. Les auteurs du VIe siècle décrivent les Slaves comme des peuples sédentaires, vivant de l'agriculture, dans des habitats sommaires, éparpillés au cœur de forêts et de marécages. Ces communautés slaves sont formées par des hommes libres et toutes les affaires importantes se décident pendant les réunions tribales et communales. Cependant, les chefs militaires et les familles, ou clans « nobles », sont attestés au VIe siècle chez les Sclavènes et les Antes, signe que leur société évolue vers une hiérarchisation plus complexe.

Les guerres balkaniques : vers une civilisation slave

Les nouveaux voisins de l'empire d'Orient sont peu commodes. Leurs premiers contacts avec l'empire se traduisent par de petites incursions, incessantes, contre la frontière byzantine ou encore par leur engagement dans l'armée byzantine en tant que mercenaires. À partir des années 520, une série de guerres entre les Sclavènes et l'empire éclate sur le Danube puis, cet obstacle franchi, dans les Balkans. Les invasions sclavènes dans les Balkans durant les années 530-560 se produisent pratiquement chaque année, dont les plus terribles sont celles de 547-551. En 567-568 les Avars, un peuple nomade d'origine ougrienne, s'installent dans les steppes hongroises. Vers 580, ils parviennent à soumettre une partie des Sclavènes qui occupaient alors le bassin des Carpates et se trouvaient sur le Danube inférieur. À partir de ce moment les invasions slaves dans les Balkans sont inspirées par les Avars ou bien se passent directement sous leur commandement. Toute la période entre 580 et 630 est marquée par une guerre quasi permanente entre l'Empire byzantin et les hordes avaro-slaves. En 584, les Slaves atteignent la Grèce ; tout le territoire entre le Danube et la mer Égéenne est donc déjà parcouru… et dévasté ! En 626, Constantinople, la capitale de l'empire, est assiégée par les armées avars que soutiennent les Slaves. La ville impériale résiste. Le siège est un échec. Cette défaite entraîne la fin des guerres balkaniques mais également celle de la puissance des Avars. Très vite, en effet, dès les années 620-630, les peuples soumis aux Avars en profitent pour se révolter. La plus célèbre de ces révoltes est celle des Slaves du Danube moyen, dirigée par le marchand franc Samo. Son succès achève la destruction de la puissance avare. Les Slaves restent les seuls maîtres des Balkans.

Cette période des guerres danubiennes et balkaniques revêt une importance capitale dans l'histoire des Slaves car, au contact de la civilisation méditerranéenne, la société slave devient de plus en plus hiérarchisée et prend, en tout cas dans la région balkanique-danubienne, des formes pré-étatiques. Preuve en est que, si pour le VIe siècle nous ne connaissons que les seuls peuples des Sclavènes et des Antes, à partir du VIIe siècle, apparaissent dans les sources écrites des noms de peuples et de tribus, tels que ceux des Serbes, des Severs, des Croates, des Draguvites… On assiste ici à l'émergence des futurs « peuples » slaves de l'époque médiévale. De plus, les progrès technologiques et économiques sont également considérables : apprentissage, au contact de la population non slave des Balkans, d'une agriculture plus complexe, du commerce, de l'artisanat, de l'art de la guerre… Enfin, dans la lumière de la civilisation byzantine, avec la christianisation des Slaves aux IXe et Xe siècles et l'invention de l'écriture cyrillique, la naissance d'une véritable civilisation slave est devenue possible.

Les premières principautés slaves

À partir du milieu du VIIe siècle donc, après la fin de l'époque « héroïque » des grandes migrations balkaniques, les Sclavènes et les Antes ne représentaient déjà plus des entités réelles. En effet, l'homogénéité initiale de ces peuples diminue fortement en raison d'une intégration croissante de leurs différents éléments dans un cadre régional spécifique.

Les Slaves méridionaux, installés dans les Balkans sur les terres jadis byzantines, entrent les premiers dans l'orbite de la civilisation méditerranéenne orientale. Dans le sud de la péninsule balkanique, quelques « Sclavinies » pratiquement indépendantes, – il s'agit d'enclaves slaves en terres impériales –, résistent à la reconquête byzantine du VIIe siècle. Cette résistance est particulièrement longue et acharnée dans le Péloponnèse, où les peuples des Milinges et des Ezérites ne furent définitivement assimilés à la population grecque qu'au XIIIe siècle !

Durant la deuxième moitié du VIIe siècle, le territoire de la Bulgarie actuelle a été le siège de la confédération des « sept tribus » slaves ainsi que celle de Severs. Mais, en 681, le peuple turc des Bulgares, dirigé par le khan Asparoukhe, s'installe sur le Bas-Danube. Ces Bulgares représentent une force militaire considérable comme, avant eux, les Avars et les Slaves du Bas-Danube qui deviennent leurs alliés subordonnés. Assez vite pourtant, dès le IXe siècle, les Turco-Bulgares et les Slaves fusionnent en un seul peuple, de nom turc mais de langue et de conscience slaves et de religion chrétienne. La Bulgarie et la Macédoine voisine deviennent alors les premiers grands États slaves de religion orthodoxe. Sensiblement à la même époque, avec l'arrivée des Serbes et des Croates descendus de la région de l'Elbe au VIIe siècle, s'achève la slavisation des Balkans occidentaux. Enfin, au VIIe siècle toujours, les Slaves de Carinthie, les ancêtres des Slovènes actuels, s'avancent vers les Alpes.

Les Slaves occidentaux, à partir du milieu du VIIe siècle, subissent des changements culturels très importants. Des habitats fortifiés apparaissent en grand nombre en Pologne, en Bohême, en Moravie, en Slovaquie et en Allemagne. Il s'agit là, d'une part, du signe de l'aggravation de la situation militaire et, d'autre part, de la preuve d'une hiérarchisation croissante de la société car certains de ces sites représentent des résidences princières. On note une forte influence de la sub-culture militaire avare, influence particulièrement nette en Moravie du Sud, en Basse-Autriche et en Slovaquie. Dans le même temps, l'influence méditerranéenne et byzantine s'affirme de plus en plus dans la région du Danube moyen. Vers les années 820, les premiers royaumes médiévaux des Slaves occidentaux apparaissent sur le Danube moyen : la Grande Moravie et le royaume du prince Pribina.

Quant aux Slaves orientaux, deux dominantes déterminent leur histoire à partir du milieu du VIIIe siècle. Il s'agit, d'une part, du développement du royaume khazar dans les steppes de la mer Noire et du Caucase et, d'autre part, d'une forte poussée slave vers le nord, dans la zone forestière. Plus à l'ouest, entre les Carpates et le Dniepr, dans la partie occidentale de l'Ukraine, la situation paraît stable, des « peuples-principautés » – Polyanes, Drevlianes, Oulitches, Volynyanes et Tivetsys – se forment ici au cours des VIIIe et IXe siècles. En revanche à l'est du Dniepr, dans la zone de la steppe forestière, les sites slaves des civilisations de Penkovka et de Kolotchin disparaissent à la suite d'une catastrophe militaire durant la deuxième moitié du VIIe siècle. Leur territoire, à partir de la fin du VIIe siècle, est occupé dans la partie sud par une population steppique non slave et dans la partie nord par une nouvelle population slave, en grande partie venue de la rive droite du Dniepr. C'est sans doute le peuple slave de Severs – proches parents des Severs de Bulgarie. D'autres Slaves, sans doute apparentés aux Severs, s'installent alors sur le Don supérieur et dans la région de l'Oka. Ils sont connus dans les sources écrites comme Vyatitches. C'est dans leurs terres que beaucoup plus tard, en 1147, le prince russe Youri Dolgorouky, construit une ville, nommée Moscou. Les événements des VIIe et VIIIe siècles sont liés à l'apparition d'une nouvelle puissance steppique, la Khazarie, qui impose son pouvoir sur la marge sud-est du monde slave. Les peuples slaves de la région payent alors un tribut aux Khazars.

Dans la zone forestière de Russie, les VIIe et VIIIe siècles sont marqués par l'installation des Slaves, venus du Danube. Ces nouveaux venus rencontrent ici les populations linguistiquement proches, slaves ou balto-slaves, ce qui explique une slavisation relativement rapide de cette région. Au VIIIe siècle, les Slaves pénètrent très loin au nord, jusqu'au lac de Ladoga. Un centre proto-urbain, Ladoga, apparaît à l'embouchure du Volkhov en tant que colonie des marchands scandinaves vers le milieu du VIIIe siècle. Les contacts et les heurts entre les Slaves et les Scandinaves ont finalement donné lieu à la naissance de la future Russie, dont le noyau se forme au IXe siècle entre les lacs Ladoga et Ilmen, suivis d'une alliance conclue entre les Slaves, les Finnois et les Scandinaves. Gouvernée par une dynastie d'origine scandinave, rapidement slavisée, la Russie englobe, dès sa naissance, de nombreux peuples finnois. Vers le Xe siècle les Russes s'emparent de deux grandes routes fluviales de l'Europe orientale, celles de la Volga et du Dniepr, leur capitale est alors déplacée de Ladoga à Novgorod d'abord, puis à Kiev, au milieu des terres slaves, ce qui est à l'origine d'une slavisation rapide de cette formation slavo-scandinavo-finnoise.

En définitive, les migrations slaves des VIIe et VIIIe siècles, suivies de leur installation sur un immense territoire, ont eu deux conséquences majeures : tout d'abord, la division du peuple slave en entités spécifiques, en raison des différents contextes régionaux – politiques, économiques et culturels – dans lesquels il s'installe. En second lieu, à leur arrivée dans la zone culturelle byzantine aux populations plus structurées, un accroissement notable du niveau culturel des peuples slaves. C'est pourquoi, à partir du milieu des VIIe et VIIIe siècles l'histoire du peuple slave le cède à l'histoire des principautés slaves.

Michel Kazanski . Septembre 2002.  Copyright Clio 2019 - Tous droits réservés

 SIMPLIFICAÇÃO DAS LÍNGUAS ESLAVAS. 

Contents: 01 02 03 04

01= NEOSLAVONIC LANGUAGE CREATED BY VOJTĚCH MERUNKA AND MEMBERS OF THE INTERSLAVIC COMMUNITY

Neoslavonic is a  constructed Slavic language inspired by the Old Church Slavonic, developed in the 9th century by two Byzantine Greek missionaries and co-patrons saints of the Europe, the brothers Konstantinos (Cyrillus) and Methodios of Salonica. Cyril and Methodius modified the Greek  alphabet and devised an artificial Slavic language, based on old Bulgarian  in order to make the Christian scriptures understood by all the Slavs. The importance of this kind of project for modern Latinists  is evident, they no only widen the understanding of the problems involved in creating pan-languages, easy to be understood by speakers of related vernaculars without previous study,  but also  provide important solutions that can be applied in reviving Latin as an academic auxiliary language.

VOJTĚCH MERUNKA writes:  ‘Welcome to our on-line English tutorial of the Neoslavonic language (NS), which is a part of the non-commercial Interslavic language project of the interslavic community. Neoslavonic (Interslavic) is a "zonal constructed language" intended to facilitate communication among the speakers and writers of the modern day Slavic languages - Belorussian, Bosnian, Bulgarian, Croatian, Czech, Kashubian, Macedonian, Montenegrin, Polish, Russian, Rusyn, Serbian, Slovak, Slovenian, Sorbian (i.e. Lusatian, Wendish), Ukrainian and their various dialects - all of which derive from an original "Proto-Slavic" tongue, which over thousands of years, morphed into very divergent "dialects," each becoming a separate language unto itself.

Over half of Europe's territory is inhabited by Slavic-speaking communities; moreover, the worldwide population of people of Slavic descent is estimated to be about 400 million.  

Because our Slavic languages all derive from that common Proto-Slavic tongue, knowledge of one Slavic language will often allow one to have at least a rough understanding of text written in another Slavic language - but not sufficiently enough to achieve a strong comprehension. This fact has inspired linguists and others over the centuries to attempt to create a universal Slavic language that would be more understandable to all Slavs.  Among these include Old Church Slavonic, developed in the 9th century by two Byzantine Greek missionaries and co-patrons saints of the Europe, the brothers Konstantinos (Cyril) and Methodios of Salonica, as well as dozens of other projects since then. What they have in common is that they are all based on the assumption that the Slavic languages are similar enough to make such an auxiliary language possible at all. 

Neoslavonic language design is based on the harmony of following three principles:

1= To share grammar and common vocabulary with modern spoken Slavic languages in order to build a universal language that Slavic people can understand without any prior learning.

2= To be an easy-learned language for those who want to use this language actively. Non-Slavic people can use this language as the door to the big Slavic world. We believe, that knowledge of NS enables both Slavic and non-Slavic people greater passive (e.g. receptive) understanding and better learning of the living Slavic languages.

3= Neoslavonic continues the tradition of the Old Church Slavonic language (OCS). OCS was the first literary Slavic language, believed to have been artificially developed in the 9th century by two Byzantine Greek missionaries Saints Kyrillos and Methodios, who were credited with standardizing the Slavic dialects and were using it for translating the Bible and other ecclesiastical texts as the tool of the Christianisation of the Slavic people. OCS is still frequently used by the Orthodox Church and sometimes also by the Roman-Catholics in many Slavic countries up to the present days. NS is designed as the modernized and simplified but still sufficiently compatible version of this language. 

Our Interslavic project is not the only one of its kind. In the last two centuries, there was proposed a lot of very similar constructed languages. The greatest progress in this matter we re-use has been made in the 19th by the Slovenian priest and linguist Matija Majar Ziljski and the Czech translator and writer Václav František Bambas. Moreover, the successful projects of reconstruction of the modern Serbian, Czech, Slovak, Indonesian, Arabic and Hebrew language have inspired our project as well.

Our memorandum says, that our Interslavic language project is based exclusively on forms that exist throughout the Slavic language continuum, and Esperanto-like artificiality is carefully avoided: every word stem, grammatical ending or morphological element can be found in several Slavic languages, ideally in all of them. This design strategy locates Interslavic language at the very center of the living Slavic languages.

Why do we need an artificial inter-Slavic language?

We know that one half (maybe yet more) of the total number of Slav-speaking people has Russian language. If the Russian language would be sufficiently simple and understandable to other Slavs without learning, our project would be unnecessary. Unfortunately it is not. Russian is far from the imaginary linguistic center of Slavic languages. It has a specific alphabet, phonetics, grammar and vocabulary without the universal Slavic validity. The very similar situation we have in all modern Slavic languages, above all in other candidates for the universal Slavic language (e.g. Polish).

Our strategy is to develop and broadcast this auxiliary language in such way that it can be naturally incorporated into the collection of spoken Slavic languages as an auxiliary tool enabling international dialogue, knowledge and cultural transfer without the need of translating information into several national languages.

Our experience is that speakers of Slavic languages tend to perceive Neoslavonic/Interslavic language as either an ancient or remote dialect of their own native language, or a neighboring language closely related to their own. People are often surprised how much they can understand of it.

Spoken languages are living things and we know that no conlang (Esperanto, Interlingua, ...) or reconstructed modern national language (Slovak, Hebrew, Indonesian, ...) in the world is used in the exactly same form as when it was first published. Therefore we welcome anybody – linguist, non-linguist, native speaker, non-native speaker – to join our ranks and work with us on this great task!

  http://www.neoslavonic.org/

SENTENCE STRUCTURE, WORD ORDER NEOSLAVONIC

In the Neoslavonic language (as well as in all Slavic languages), the word order in a sentence is rather flexible. In English, the position of words in sentences is necessary to inform, whether it is a noun, adjective, verb, subject, object, or something else. The NS words have their own endings (declension and conjugation), in which is stored the complete information about their grammatical category, so there is no need any word to respect a specific position in the sentence.

Though the NS sentence is generally arranged "subject-verb-object" in the same way as in English, the grammar rules allow to use virtually any combination of subject, verb, object, ... in order to stress different components of the sentence.

Here we can keep the rule: In the first approximately 7 words is the most important information of the sentence we want to say.

Of course it is not true that words can be mixed in any way. For example, if some adjective belongs to some noun, it must lie in front of its corresponding noun or behind of its corresponding noun and between these words must not be mixed any another element of the sentence. Overall, this means that the NS sentence is best to be explained as a branched tree. The branches represent particular sentence components, mutually may have flexible order, but elements within some one branch must not be mixed with elements of some another branch.

BASIC SENTENCE ELEMENTS ARE:

1.subject part. This is a noun or conjunction of more nouns or pronouns or numerals in the nominative case,

2.verb part, which is made by at least one verb optionally extended by adverbs,

3.object part, which is a noun or conjunction of more nouns in accusative case or other case without preposition,

4.proverbial parts, which are either made by adverbs or nouns or pronouns or numerals in various cases with prepositions.

Any noun or pronoun or numeral at any position can be extended by additional adjectives or pronouns or numerals or attributes,

Any adjective can be extended by additional adjectives or adverbs, and

Any adverb can be extended by additional adverbs.

Example 1 A standard sentence with the English-like word order:

Veliky zajec bystro běži okolo nas do mnogo temnego lesa.

A big hare quickly runs around us to a very dark forest.

Different word order, where "a big hare" is less important than the information about our experience (running around us, running to a dark forest). This new sentence has the same syntactical tree as of the previous example. The only difference is in the order of tree branches.  This can not be easily expressed in English:

Okolo nas do mnogo temnego lesa bystro běži veliky zajec.

This is an example of the wrong sentence, where words are impermissibly mixed between two branches.

Example 2

Dobry student piše svojemu učitelu velike pismo na novem komputeru.

A good student write his/her teacher a big letter on a new computer.

If we will want to stress 1) "a new computer" and 2) "size of a letter" and than later we will speak about the writing process and its details (a student, a teacher), we can reorder this sentence as follows. Note that in this case, the arrangement of tree branches is completely reversed from the English standard:

Na novem komputeru velike pismo svojemu učitelu piše dobry student.

People educated in applied mathematics know that these branched trees can also be displayed as plain texts using special brackets. Elements within each brackets can change the order, but the content inside the brackets can not be mixed with the content of another brackets: 

{{veliky zajec} {bystro běži} {okolo nas} {do mnogo temnego lesa}}

 {{okolo nas} {do mnogo temnego lesa} {bystro běži} {veliky zajec}}

 {{dobry student} {piše} {svojemu učitelju} {velike pismo} {na novem komputeru}}

 {{na novem komputeru} {velike pismo} {svojemu učitelu} {piše} {dobry student}}

 or in more detail as

 {clause {subj. veliky zajec} {v. bystro běži} {prov. okolo nas} {prov. do mnogo temnego lesa}}

 {clause {prov. okolo nas} {prov. do mnogo temnego lesa} {v. bystro běži} {subj. veliky zajec}}

 {clause {subj. dobry student} {v. piše} {obj. D svojemu učitelu} {obj. A velike pismo} {prov. na novem komputeru}}

 {clause {prov. na novem komputeru} {obj. A velike pismo} {obj. D svojemu učitelu} {v. piše} {subj. dobry student}}

 We can say that English needs the fixed position of words in sentences in order to add words missing information about whether these words are subjects, objects, verbs or something else. It is obvious that Slavic languages (as well as Latin and Greek) operate with words containing more unambiguous grammatical information without the need to use fixed positions. Free word order can then be used to express the finer details of communication in these languages.' Finis citationis.

 02= SLOVIO         

 http://www.slovio.com/

Slovio, is the international simplified Slavic language, as simple as Esperanto but understood by some 400 million people around the world. This makes Slovio one of the most widely understood languages around the world. This international language is gaining, daily, new ground: because it is as simple as the simplest constructed language and at the same time can be put to an immediate daily use for communication with some 400 million speakers. 

Unlike traditional Slavic langauges, it uses only the most basic latin alphabet, without any accents or special characters, and it can be typed on any keyboard - including the U.S. keyboard. You will be amazed how many people will understand you, how many people will talk to you! Slovio will open up a whole new world for you, for your business, for your website, for your products, for profits, for education, for friendship and for pleasure. 

Slovio is the planned language of choice for modern people. Simple logical grammar, simple phonetic spelling, and full compatibility with all European languages - only simpler. Current Slovio dictionary contains nearly 40 thousand words, names and expressions. That is more words than some "natural" languages. Enter the Slovio World! Learn Slovio now!

Here is a sample text in the latin and cyrillic scrypts:

Новйу межународйу йазика! Што ес Словио? Словио ес новйу межународйу йазика ктор разумийут чтирсто милион лудис на целойу земла. Словио можете употребит дла гворение со чтирсто милион славйу Лудис от Прага до Владивосток; от Санкт Петербург через Варшава до Варна; от Средземйу Морие и от Северйу Морие до Тихйу Океан. Словио имайт простйу, логикйу граматиа и Словио ес идеалйу йазика дла днесйу лудис. Учийте Словио тпер!

Novju mezxunarodju jazika!

 Sxto es Slovio? Slovio es novju mezxunarodju jazika ktor razumijut cxtirsto milion ludis na celoju zemla. Slovio mozxete upotrebit dla gvorenie so cxtirsto milion slavju Ludis ot Praga do Vladivostok; ot Sankt Peterburg cxerez Varsxava do Varna; ot Sredzemju Morie i ot Severju Morie do Tihju Okean. Slovio imajt prostju, logikju gramatia i Slovio es idealju jazika dla dnesju ludis. Ucxijte Slovio tper! Finis citationis

3=  INTERSLAVIC LANGUAGE

Medžuslovjanski jezyk — Меджусловjaнски jезык

http://steen.free.fr/interslavic/slovianto.html

Ċ
Darcy Carvalho,
2 de jul de 2014 06:17
Ċ
Darcy Carvalho,
1 de jul de 2014 08:28
Comments